AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soulmates never die ? [PV Eddie]

Aller en bas 
AuteurMessage
Helena Weiss

avatar

Féminin
Nombre de messages : 247
Age : 28
Age : 84 ans 29 en apparence
Race : Lycan
Don(s) : //
Position : Neutre
Poste : //
Arme(s) utilisée(s) : Mes crocs ?
Date d'inscription : 31/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Mar 2 Sep - 22:51

Enfin elle avait retrouvé sa trace... laquelle ? Celle de son ex mari, Edward Werber. Depuis combien de temps ne l'avait elle pas vu ? Elle n'en savait strictement rien, environ cinquante ans mais cela semblait lui paraître une éternité, oui, elle devait l'avouer depuis toutes ses années, qu'est ce qu'il avait pu lui manquer ! Elle voulait le voir pour plusieurs raisons, non pas pour lui avouer pourquoi elle l'avait quitté, non elle serait beaucoup trop fière pour cela... Mais pour le voir, pour aussi s'excuser de l'avoir séparé d'elle et de leur fille, Iska... Elle aurait voulu lui expliquer les raisons,mais le connaissant les réactions seraient excessive, quoique cela dépends de son humeur du jour. Depuis des jours, il la hantait, il fallait qu'elle le voit, c'était un véritable besoin, elle savait qu'il n'avait pas changé, mais elle non plus, oui depuis leur séparation ce n'était plus une simple humaine. Elle ne subissait pas sans être inactive les aléas du temps, tout la différenciait de l'être humain. Non, elle était bien plus que cela... Un lycan, oui, même si pour l'instant, ses métamorphoses étaient laborieuses.
Elle souffrait le martyre à chacune d'entre elle, Helena exécrait par dessus tout lorsque ses chairs se rompaient pour laisser place à un masse noirâtre velue, tout son système nerveux était bouleversé ce qui la rendait on ne peut plus irascible et elle supportait de moins en moins les gens qui l'entourait, exception fait sur sa fille. Une fois qu'elle était un loup, elle n'était guidée que par une seule et unique chose, son instinct, qui en passant, n'en faisait qu'à sa tête. Elle était alors en osmose avec elle même, si bien qu'elle ne contrôlait pas ses pulsions animales, dangereux oui, j'en convient... Il fallait qu'elle apprenne à s'habituer à sa nouvelle race, mais plus facile à dire qu'à faire. Mais je vous rassure, elle n'allait pas voir Edward - Eddie pour les intimes- pour lui demander des conseil sur elle. Miss Weiss avait réussi à savoir ou il logeait, Knigthsbrige le repère des vampires, très joyeux pour quelqu'un dans sa position, si jamais on découvrait sa véritable identité elle finirait dans une très mauvaise position. Mais bon, avec son air hautain, la blancheur de sa peau, la pâleur de son iris, elle passerai sûrement pour l'un d'entre eux qui sait, à moins qu'elle ne se change en loup, quoique non c'était beaucoup trop risqué... De toute façon elle aurait toujours ses sens plus développé qui l'alerteraient si jamais elle était en danger, donc. Il était tant qu'elle y aille, mais que dire à Gabriel ? Elle n'allait tout de même pas lui faire un signe de la main, en lui disant ' Bon bah à plus, je vais voir Eddie ! ' non, à éviter tout simplement, j'en convient ...

Et si elle prenait Iska avec elle ? Voir son père ne pourrait lui être que bénéfique, surtout qu'Helena ne lui en avait toujours parlé qu'en bien, enfin plutôt normal me direz vous quant on sait les raisons qui l'ont poussée à quitter Edward... Jamais elle n'avait pu jouer une sorte de double jeu vis à vis de sa fille, non, elle lui avait raconté leur histoire, mais lorsque sa fille lui avait demandé pourquoi ils s'étaient séparés, elle avait préféré éviter la question et changer de sujet plutôt que de lui dire du mal du seul homme qu'elle avait jamais vraiment aimé... Mais non, il ne valait mieux pas que sa fille l'accompagne, elle préférait de rencontrer en tête à tête , tout régler une bonne fois pour toutes et qu'il n'y ai pas de témoins, on ne sait jamais comment cela pouvait tourner.

Lena attrapa une veste de cuir noir qui se trouvait sur le perroquet dans le hall d'entrée puis quitta la pièce avant de dire à Gabriel qu'elle allait faire un tour, il lui demanda si elle voulait qu'il vienne avec elle, mais elle refusa catégoriquement, un peu trop peut être... Mais bon il était habitué à ses sautes d'humeur perpétuelles, il n'en tint donc pas compte. Si il savait ou elle allait ! Il se questionnerait à coups surs et refuserait qu'elle sorte... Il était tard certes, mais après tout n'était elle pas un lycan, une créature de la nuit comme il est dit dans les grands lignes scolaires ? Idée totalement fausse soit dit en passant, puisqu'un lycan peut se transformer de jour comme de nuit. Big Ben affichait plus de 22 heures au cadran, parfait, faites qu'Eddie ne soit pas parti chasser, au pire elle l'attendrait ! La lycan grimpa dans sa voiture, une berline allemande décapotable, et direction le repaire des vampires. Elle se jetait dans la gueule du loup, sans mauvais jeux de mots, entendons nous bien... Elle passa le gués sans trop de problèmes disant qu'elle connaissait parfaitement Edward Werber et qu'il l'attendait. On lui indiqua qu'on l'annonçait au manoir et qu'elle trouverait la grille ouverte afin qu'elle puisse entrer dans la propriété. Même si elle détestait le mensonge, elle faisait une parfaite actrice... Elle ne craignait en rien les vampires, rien de plus légitime puisqu'elle avait vécu avec l'un des leurs durant près de 10 ans, elle se mordait même les doigts de ne pas être restée avec lui, imaginez vous même !

Enfin elle s'y trouvait... Devant chez lui, elle eut soudain un mouvement de recul. Et si elle faisait une erreur ? Elle avait réussi à l'oublier un tant soit peu, enfin non, elle avait réussi à mettre une partie de son coeur en sourdine, ce qui était bien cependant difficile puisque leur fille lui ressemblait tellement, mais lorsqu'elle le reverrait comment réagirait elle... Elle ne préféra pas y penser, et, sans y être invitée, elle pénétra dans le manoir d'Edward, il était là, elle le savait, elle le ressentait... Cependant pas l'ombre d'une présence... Helena enleva son veste laissant apparaître un bustier rouge et noir, étrangement elle aurait cru mourir de chaud, son coeur battait la chamade si bien qu'elle aurait cru qu'un troupeau de cheval y avait élu domicile. Calme toi petite idiote ! C'etait sur qu'il y allait avoir une explication, une dispute pour sur... Soudain, elle se retourna et le vit, il n'avait pas changé, non, il était le même, trait pour trait, elle eut l'impression de se retrouver il y a des années en arrière, lorsqu'elle était jeune fille et qu'elle passa la porte de la librairie, la première fois ou elle avait croisé son regard...


" Lapinou xD ! Edward... Je... "

Ce regard, toujours le même, mais qu'est ce qu'elle allait bien pouvoir lui dire, et surtout elle s'était littéralement invitée chez lui sans y être conviée, mais bon, elle si elle s'était permise ceci, c'est que jamais elle ne s'était géné avec lui, après tout n'avait il pas été son mari ?

" Je devais te parler, je suis désolée... Je suis désolée d'être partie de la sorte, de t'avoir laissé toi et d'être partie avec Iska..."

Helena savait parfaitement qu'il lui en voulait énormément mais au moins elle avait réussi à lui dire ce qu'elle avait sur le coeur, enfin elle le revoyait, après tant d'années, mais tout au fond d'elle lui disait qu'elle devait aller au bout de ce qu'elle avait à lui avouer... Non pas combien il lui avait manqué, ça elle pouvait s'en passer oui, mais lui confier les véritables raisons de son départ, n'y avait il pas prescription depuis ... Non, car les même sentiments étaient présent. Malheureusement, elle devrait garder ça pour elle... Elle aurait du faire demi tour quand il en était encore temps, oui, elle serait rentrée chez elle, se serait métamorphosée en lycan, aurait parcourut la forêt des loups et elle aurait tout oublié le temps de quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:. /Admin/
avatar

Féminin
Nombre de messages : 351
Age : 27
Age : 580 ans, 28 ans en apparence.
Race : Vampire
Don(s) : La force, la rapidité, lire dans les pensées ,maîtrise relativement bien la télékinesie.
Position : Neutre
Poste : Informateur sur les activités des lycans
Arme(s) utilisée(s) : Revolver avec balles d'argents.
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Jeu 4 Sep - 0:04

[Je n'ai pas pu m'empêché de lui faire boire de la Vodka XD!]

Cantonné dans le calme de sa demeure, Edward sirotait un verre de Vodka jus d’orange tout en lisant un livre à la couverture rouge vin. L’histoire était des plus anodines, mais curieusement, le vampire ne pouvait détacher ses yeux de ces phrases aux tournures intéressantes. A vrai dire, l’histoire n’était pas originale du tout, même que les propos dont traitait le roman étaient d’une telle platitude, que le vampire se demandait fortement pourquoi il perdait plusieurs heures de sa vie à lire ce bouquin des plus fades. Cependant, l’histoire, dans son peu d’originalité, avait tout de même un petit quelque chose qui faisait en sorte qu’Edward parcourait avidement les lignes. Portant à nouveau sa vodka jus d’orange à ses lèvres, il s’amusa soudainement à contredire la philosophie que l’auteur avait judicieusement glissée dans les propos de ces choses inintéressantes qu’étaient les personnages de l’histoire. Un fin sourire s’étira sur ses lèvres pâles face à l’imbécillité de certains de ces propos. Ce livre était en fait, un petit plaisir coupable, car Edward prenait plaisir à haïr tous ces personnages sans personnalités qui composaient le roman, mais l’histoire le révulsait grandement. Ayant trouvé ce livre dans une petite boutique miteuse, la simplicité de la couverture ainsi que la banalité du titre l’avait tout de suite attiré et il ne pouvait expliquer pourquoi. Peut-être était-ce la curiosité? Le vampire n’en savait rien, mais une chose était sûr, il ne regrettait pas d’avoir payé quelques euros pour ce roman minable, car il y trouvait un certain divertissement. Au moins, la structure ainsi que le vocabulaire des phrases démontraient que l’auteur n’était pas un débutant en la matière. C’était déjà ça, car sinon, il y a longtemps qu’Edward l’aurait jeté au feu ou encore, l’aurait donné à Magdalena. En fait, il exagérait en disant qu’il brûlerait le livre. La deuxième option lui plaisait davantage, puisqu’il aimait beaucoup trop les bouquins pour les brûler et ce, même s’ils étaient soporifiques. S’égarant dans ses pensées, Edward en oublia peu à peu le contenu de ce qu’il lisait, sitôt qu’il perdit rapidement le fil de l’histoire. Agacé par cela, il dût prendre congé de Bernard ainsi que de Marie, ce vieux couple qu’il aimait tant haïr et qui racontait leur pitoyable vie parmi ce fatras de verbes et de mots sortis tout droit de l’imagination de l’auteur. Après un soupir d’exaspération et de lassitude, Edward posa, sans délicatesse, le roman sur la table de sa bibliothèque. Il avait un besoin urgent de se nourrir et étant du genre peu patient, il savait qu’il devait partir tout de suite, mais avant, il devait donner quelques instructions à cette chère Magdalena.

Enfilant une veste des plus ordinaires, il appela Magdalena pour qu’elle vienne le voir tout de suite. Docilement, l’humaine vint à sa rencontre et hocha la tête après qu’Edward eut fini de discourir sur ce qu’elle devra faire durant son absence. Après que son esclave eut quitté le hall, le vampire s’apprêta à pousser l’imposante porte de bois qu’était sa porte d’entré, lorsqu’il faillit bousculer quelqu’un qui se trouvait là. Qui donc avait osé? Cette personne était-elle illettré ou simplement stupide? Car il avait clairement signalé sur une pancarte qu’il ne voulait pas d’inconnus sur sa propriété et donc, cela incluait aussi le manoir. Arborant un air des plus noirs, il s’apprêta à foutre l’inconnue dehors à coup de pied dans le derrière lorsque cette dite inconnue se tourna en sa direction. Le choc, le cataclysme …tout mot pouvant se rapporter à ce genre de chose face au fait de la revoir lui donna une intense secousse, de sorte qu’il dût prendre appui sur la porte pour retrouver un semblant de contenance devant elle. Il eut alors l’impression que cet ardu travail qu’il avait entrepris pour oublier cet être s’effondra lamentablement. L’irritation et la frustration brilla alors de milles feux dans ses prunelles pâles. Non seulement il avait faim, mais en plus, cette femme qu’il avait tant appris à haïr retardait l’heure de son repas. Il n’avait aucunement envie de la revoir et encore moins de lui adresser la parole. Rancunier? Oui et ce qu’elle lui avait fait lui avait fait extrêmement mal, mais ça, il ne comptait pas le lui dire. Même un vampire pouvait aimer quelqu’un d’un amour titanesque et Edward avait aimé Helena de la sorte, mais en lui faisant ce coup bas, elle avait, pour toujours, perdu cet amour qu’il avait éprouvé à son égard. Elle prit alors la parole, agaçant encore plus le vampire qui était d’une humeur massacrante quand il avait faim. De plus, on frappait à la porte avant d’enter chez quelqu’un, c’était la moindre des choses, ce qui n’aida pas du tout à le calmer en ce moment.

Tout à coup, une horrible odeur de chien mouillé lui parvint aux narines. Il comprit aussitôt qu’elle venait d’Helena. Il tenta d’écouter les maigres excuses de son ex femme, mais cette odeur le déstabilisait beaucoup trop pour qu’il daigne leur accorder une quelconque attention. Non elle n’avait pas fait cette erreur en plus! Si elle était devenue une lycan, Edward avait une autre ‘’ bonne’’ raison de la détester…d’après lui bien sûr. Ne savait-elle pas que plusieurs lycans avaient massacré sa famille entière, sa première femme, ses premiers enfants, ses parents, ses amis? La frustration se fit encore plus vive sur ses traits. Pourtant, une autre partie de lui lui criait de la pardonner et les quelques résidus qu’il restait de cet amour qu’il avait éprouvé à son égard refirent inévitablement surface. Oh comme l’envie de lui dire qu’il se fichait éperdument d’elle était prenante, mais l’émotion restait coincée dans sa gorge. Lorsqu’elle lui parla d’Iska, la nostalgie prit possession de son regard. C’était cruel de sa part de lui en parler, car étant son père, il mourrait d’envie de la revoir. Non, il n’avait pas du tout envie de se plonger à nouveau dans le passé. Pour lui, c’était réglé depuis bien longtemps. D’une voix étrangement calme, mais où la colère y était palpable, Edward ne lui dit que cette phrase :


-Même si tu t’excuses, ça ne réparera pas ce que tu m’as fait. Maintenant, j’ai mieux à faire, c’est-à-dire me nourrir.

Froidement, il tourna les talons et s’apprêtant à pousser la porte, il s’arrêta.

-Et dit à Iska que je ne veux pas la voir.

Cette phrase lui fut douloureuse, mais il l’avait dit alors il ne pouvait plus la rectifier. Maintenant, il espérait qu’Helena le laisse tranquille, même s’il doutait fortement qu’elle le fasse.

_________________

---Double compte: Chrysanthe Petridis---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Weiss

avatar

Féminin
Nombre de messages : 247
Age : 28
Age : 84 ans 29 en apparence
Race : Lycan
Don(s) : //
Position : Neutre
Poste : //
Arme(s) utilisée(s) : Mes crocs ?
Date d'inscription : 31/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Jeu 4 Sep - 2:29

[ Nan mais j'y crois pas oO même pas un verre de vodka pour Helena c'est une honte xD Si cela continues elle va aller se saouler toute seule xD]

Non, il n'avait pas changé d'un trait, que ce soit physique ou caractériellement, il avait toujours cette semblable arrogance, cette même façon d'être, il était resté fidèle à lui même on pouvait en être sur... Néanmoins, elle avait la désagréable impression d'être à des années lumières de lui, ce froid entre eux deux, n'avait jamais véritablement existé, là il en était presque pesant. Pourquoi ? pourquoi avait elle du tout gâcher ? ou plutôt pourquoi n'était elle pas restée chez elle bien sagement avec Gabriel, elle n'aurait pas eu besoin de l'affronter. Quelle tête de mule elle faisait, elle n'avait jamais assurément regardé la vérité de plein fouet, mais face à la situation, tout était tellement déstabilisant. Non pas qu'elle s'attendait à ce qu'il l'accueille à bras ouvert, non ce n'était pas ce qu'elle lui demandait non plus soyons sérieux, mais si seulement il se trouvait être moins rancunier et surtout moins campé sur ses positions. Elle espérait sincèrement qu’il allait écouter ce qu’elle avait à lui apprendre, mais lui en laisserait il le temps ? Cependant il paraissait néanmoins distrait par autre chose, elle venait de comprendre... Soupçonnait il qu’elle soit un Lycan ? Même si ce n’était pas le sujet proposé, il valait mieux qu’elle n’en parle qu’après ou du moins qu’elle attende un tant soit peu... Mais lui avouer qu’elle était lycan impliquait lui parler des véritables raisons qui l’avaient poussée à le quitter, mais après tout ne serait ce pas mieux qu’elle lui en parle, cela ne tamiserait-il pas un tant soit peu leurs relations, mais ce qu’elle mettait en jeu c’était son rang, sa position en tant que concubine de Gabriel, délicieuse torture ! Après tout qu’avait elle a perdre ? Être bannie de chez les lycans et se retrouver seule? La solitude ne la dérangeait pas pour le moins du monde ces derniers temps... Ce qui avait beaucoup joué lorsqu’elle avait décider de le quitter malgré ces sentiments, c’était le fait qu’il reste identique alors qu’elle, prenait des années, il était immortel, et elle non. Si elle avait souhaité être mordue c’était pour pouvoir rester près de ceux qu’elle aimait eux même éternels, l’immortalité était une souffrance bien délicieuse... Un doux requiem auquel on était confronté, il fallait accepter que le temps n’avait aucun effet sur notre personne. Chose qu’elle avait réussi à surmonter grâce à son amour pour sa fille et inconsciemment à son ex mari. Il fallait qu’elle se reprenne, de toutes manières elle n’était pas ici pour parler de sa seconde nature. Le lycan secoua imperceptiblement la tête histoire de se sortir de ses pensées...

Elle le regarda tourner des talons, avec cette irrésistible envie de lui faire comprendre par tous les moyens possibles et inimaginables, qu’elle n’avait pas l’intention de le laisser filer de la sorte... Mais ce qu’il ajouta, la fit sortir de ces gonds ! Iska n’y était pour rien dans leur histoire à eux deux, elle connaissait sa fille et savait très bien que son père lui avait manqué autant qu’à elle. Ainsi il ne désirait pas la voir, quitte à réapparaître une seconde fois à l’improviste dans le hall de son manoir, elle l’obligerait à ce qu’il rencontre ne serait ce qu’une fois leur fille... Quitte à le faire boire jusqu’à plus soif, elle réussirait coûte que coûte à ce qu’Eddie connaisse leur enfant ! Et qui sait combien elle était têtue, elle ne changerai pas d’idée de sitôt... Lui et sa fierté, ils étaient tout simplement incurables, heureusement qu’elle le connaissait pour le mieux, sinon elle aurait bien vite été froissée... Cependant, cela agaçait fortement Helena, qui s’emporta un tantinet, chose relativement rare auparavant, mais les métamorphoses en lycan l’avaient rendue plus coléreuse. Et lorsqu’elle avait entendu ses paroles, son sang n’avait fait qu’un tour, et oui, elle changeait la petite Helena, bien qu‘au fond, elle soit toujours celle qu‘il avait connu. Elle avait toujours eu du tempérament, mais avant elle aurait préféré quitter les lieux plutôt que de créer une querelle, surtout que son ex mari s’apprêtait à aller chasser... lorsqu’il avait faim, il était particulièrement sur les nerfs, elle le savait mais s’en fichait comme de son premier corset !


« Edward, cela fait combien de temps ? Cinquante ans ? Même plus... Je sais que tu m’en veux, je ne suis pas dupe, mais saches que j‘avais mes raisons... Et tu es bien loin de la réalité je t‘assure. Mais peut tu oublier juste l’espace d’un instant la future victime qui fera ton repas de ce soir ? »

Helena s’avança près de la porte avant qu’il ne s’apprête à l’ouvrir, elle s’y adossa afin de se mettre juste façe à lui, une façon de lui montrer qu’elle ne changerai pas d’avis de sitôt, et qu’elle resterait là jusqu’à ce qu’il accepte de lui parler et d’avoir une conversation tout ce qu’il y a de plus normal. Certes, elle comprenait le fait qu’il lui en voulait de l’avoir quitté, elle avait autant souffert que lui, certes elle n’avait pas été privée de sa fille, mais elle vivait avec un homme qu’elle n’aimait pas. Dure affaire !Lui avouer qu’il était bien loin de la réalité était risqué, mais elle avait décidé de ne pas en dire plus pour l’instant. Une dispute allait éclater s’était à prévoir, mais, Lena avait eu le temps de s’y préparer et elle n’avait plus envie de jouer le rôle qu’elle s’était donné, bien que sa vie lui convienne, elle ne se voyait pas vivre éternellement la même mascarade ! A ce moment là, elle n’avait plus l’envie de fuir le manoir de son ex mari, de parcourir la foret des loups jusqu’à ce que toute émotion humaine la quitte, non, il y avait besoin d’un semblant de mise au point, sinon il allait rester avec cette haine qu’il avait pour elle jusqu’à la fin de leur vie, à l’un ou à l’autre...

« Notre fille n’y est pour rien dans notre histoire... Tu n’as pas à la faire payer à ma place, elle a besoin de toi, même au bout de tant d’années. »

Helena marqua une courte pause, elle eut un vague sourire lorsqu’elle croisa le regard d’Eward, ils étaient les mêmes, le même tempérament, le même regard... Le connaissant, il ne resterait pas campé sur ses positions, tout du moins, elle l’espérait. Gabriel n’avait jamais eu l’étoffe d’un père avec Iska, bien souvent, il faisait des remarques à Helena sur le fait qu’elle couvait beaucoup trop sa fille, ce qui l’avait poussé a mettre de la distance avec lui... Iska pour elle représentait énormément, lorsqu’elle avait quitté son mari, elle avait tenté de transférer tous ses sentiments sur sa fille, plus ou moins laborieux, elle l’avoue aujourd’hui, sinon que ferait elle là ? Mais ce qui était sur et certain c’est que le premier qui toucherai à sa progéniture, elle serait particulièrement hargneuse, même si elle avait à affronter un vampire, elle serait prête à tout sacrifier pour elle...

« Elle te ressemble tellement... Libre à toi de ne pas la voir, mais si tu sais qu’une Damphyr du nom d’Iska Werber est sur l’un des tableaux de chasse des vampires, tu n’auras pas à te poser de questions... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:. /Admin/
avatar

Féminin
Nombre de messages : 351
Age : 27
Age : 580 ans, 28 ans en apparence.
Race : Vampire
Don(s) : La force, la rapidité, lire dans les pensées ,maîtrise relativement bien la télékinesie.
Position : Neutre
Poste : Informateur sur les activités des lycans
Arme(s) utilisée(s) : Revolver avec balles d'argents.
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Ven 5 Sep - 3:19

[Patience, peut-être qu'Eddie va lui en offrir un XD]

Edward ne put s’empêcher d’intercepter une de ses pensées, exactement comme lorsqu’ils s’étaient rencontrés pour la première fois. Une seule phrase retint son attention et il sentit tout son être flétrir tranquillement lorsqu’il comprit. Les mots restèrent en suspend dans son cerveau, imposants, manifestes et malgré leur peu de clarté, le vampire ne put s’empêcher d’espérer. Elle n’aimait pas cet homme et un frisson de dégoût lui parcourut l’échine lorsqu’il lut le nom Gabriel dans son esprit aux pensées éparses et confuses et pourtant, un sentiment de victoire s’empara de lui. Elle ne l’avait pas abandonné, simplement quitter de façon monstrueuse. Pour lui, le fait qu’elle soit venue le voir après toutes ces années signifiait maintenant bien plus que de simples excuses de sa part. Peut-être se faisait-il des idées? Il n’en savait rien, tout ce qui comptait en ce moment, c’est que la probabilité qu’elle ne l’eut pas quitté parce qu’elle aimait Gabriel pouvait être possible. La situation ainsi vu, Edward avait l’impression que l’amour qu’il avait continué de lui porté après son départ n’avait pas été vaine. Certes, avec les années il avait apprit à l’oublier, occupant ainsi ses soirées avec des relations sans profondeurs ou seul le plaisir charnel comptait, mais aujourd’hui, il n’avait pas d’échappatoire de la sorte puisqu’Helena était devant lui. Elle voulait des réponses, mais comment pouvait-il lui en fournir quand celles-ci n’étaient qu’un énorme casse-tête, formant ainsi un discours incohérent et dénué de sens dans sa tête, lui qui pourtant avait si souvent le mot juste. Aujourd’hui toutefois, son assurance presque altière avait fait place à une incertitude qu’il n’avait jusque là que rarement connut. Helena pouvait le lire parfaitement bien dans son regard. Son visage, par contre, ne trahissait aucune des émotions contradictoires qui l’agitaient violement en ce moment.

Il lui jeta un regard courroucé, car la quiétude qui l’avait habité durant toutes ces années par rapport à cette histoire n’était plus qu’un vulgaire souvenir. De nouveau, il s’imaginait vivre une vie paisible à ses côtés, comme ces dix années de pur bonheur qu’ils avaient vécus ensemble, mais Edward avait un peu changé. Blessé et déçu deux fois par l’amour, il en était presque dégoûté maintenant. Cependant, Helena ravivait en lui ces sentiments qu’il avait crut disparut pour de bon, mais son orgueil démesuré lui interdisait fortement de lui dire. Il se souvint combien il avait été troublé lorsqu’il l’avait rencontré pour la première fois. Il n’avait pas cessé de lui jeter des regards outrés lorsqu’elle revenait chercher des livres dans sa librairie, simplement parce qu’il ne comprenait pas pourquoi elle hantait ses pensées et qu’il s’en trouvait décontenancé. Pourtant, il l’avait aidé à s’en sortir. Cloitré dans une solitude amère depuis des siècles, Helena l’avait sortit de sa torpeur et pour cela, il lui devait beaucoup.

Comme il l’avait prévu, Helena se permit une autre parole à son égard et ses orbes s’en noircirent. Elle vint se poster impudemment devant sa porte, voulant simplement lui bloquer l’accès. Il pouvait parfaitement voir la colère dans ses prunelles, mais il n’en prit pas mention. Edward voulait sortir au plus vite, mais en même temps, son intérieur lui hurlait de rester avec elle. Le vampire planta son regard dans celui de la lycan et il se rendit compte que celui-ci lui avait manqué. Il n’y avait que les iris d’Helena qui avait cette profondeur si particulière, mais quelque chose avait changé dans celles-ci. Il mit cela sur la faute de sa transformation. Elle ramena alors le sujet sur Iska et Edward ravala difficilement sa salive. Ainsi donc elle lui ressemblait? L’envie de la voir lui était encore plus prenante, mais les paroles qu’elle lui lança ensuite eurent le même effet qu’un coup de poignard dans le cœur. Comment osait-elle prétendre qu’il laisserait les vampires mettre sa fille sur cette damné liste! Il serait prêt à tuer Tertius lui-même si cet imbécile osait s’en prendre à Iska de la sorte. Une colère monta progressivement en lui et retenant tant bien que mal sa force surhumaine de faire du mal à Helena, il se contenta de serrer le cadre de la porte, sitôt qu’un léger craquement se fit entendre, signe que le bois se rompait face à cette colère qui démangeait le vampire. En même temps, c’était de sa faute si Iska était dans cette position fâcheuse aujourd’hui, mais il aurait été incapable de la vampiriser, car il savait que la vampirisation était une phase extrêmement douloureuse. Il avait aussi pensé morde Helena, mais là encore, l’idée qu’elle souffre pendant de longues heures ne lui avait pas plut, mais aujourd’hui, il se demandait qu’elle tournure les évènements aurait prit s’il avait vampirisé Helena avant qu’Iska ne naisse. Cette constatation ne fit qu’empirer sa colère. Il recula, une lueur plus que colérique dans le regard et ce fut d’une voix sèche et dur qu’il répliqua :


-Dis-moi Helena, depuis quand te soucies-tu de ma relation avec Iska? Si elle est comme moi et qu’elle voulait vraiment me voir, il y a longtemps qu’elle serait venue sans qu’elle ne demande ton avis.

Le vampire ne put s’empêcher de lui jeter un regard emplit d’une tristesse poignante. Elle ne savait pas combien il serait rongé par le remord s’il revoyait sa fille, mais il n’arrivait pas à lui expliquer, car il était un piètre discoureur lorsqu’il était temps pour lui de dire ce qu’il ressentait. Il voulait absolument partir, car malgré ces innombrables émotions qui le tourmentaient en ce moment, il était heureux de la revoir sauf qu’il ne voulait pas ressentir cela. Pour lui, c’était un échec monumental que de voir qu’il éprouvait toujours la même chose pour elle. Sa voix trahissait tout de même le mécontentement ainsi que la douleur qui le consumait en ce moment, car il allait, encore une fois, contredire ce qu’il voulait réellement, c’est-à-dire rester avec Helena :

-Maintenant, je t’en pris, laisse moi partir.

_________________

---Double compte: Chrysanthe Petridis---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Weiss

avatar

Féminin
Nombre de messages : 247
Age : 28
Age : 84 ans 29 en apparence
Race : Lycan
Don(s) : //
Position : Neutre
Poste : //
Arme(s) utilisée(s) : Mes crocs ?
Date d'inscription : 31/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Sam 6 Sep - 0:22

[ xD Mais j'y compte bien... mdr]

Que pensait il ? Helena n'en savait strictement rien, elle ne possédait aucun don afin de lire dans sa mémoire, mais elle aurait offert tout ce qu'elle possédait afin de pouvoir maîtriser la télépathie l'espace d'un instant afin de se plonger dans les pensées de son ex mari. Elle entrouvrit les lèvres, mais se ravisa, elle voulait qu'il comprenne qu'elle ressentait toujours, au plus profond de ses chairs, des sentiments pour lui, même si elle l'avait laissé tomber. Qu'il entende que c'était l'une des principales raisons qui l'avait conduite jusqu'à son manoir. Si elle n'avait pas a nouveau croisé son chemin, elle serait devenue bien fade, le revoir lui faisait raviver des sentiments alors enfoui, qu'elle avait appris à mettre en sourdine. Même Iska ne soupçonnait pas cette facette du caractère de sa mère, même si toutes deux pouvaient, en dehors de leur rixes, être très proches... Lean avait le regard quelque peu perdue dans celui d'Edward, ses prunelles bleues, elle aurait pu s'y perdre des heures durant. Helena lisait en lui mais il était loin d'être un livre parfaitement ouvert, mais elle y cru voir, l'espace d'un instant, une once d'incertitude. Qu'avait il ? Elle contempla sans trop d'insistances afin de n'éveiller aucun soupçon, ses traits qu'elle connaissait par coeur... Elle se réprimanda intérieurement, qu'elle pauvre imbécile elle faisait, ses sentiments qu'on ne ressent que lorsque l'on est adolescent ou du moins plus jeune. Un soupire s'échappa d'entre ses lèvres ne pouvait elle pas simplement tirer un trait sur son histoire passée ? Mais tout serait tellement plus simple, comme si on effaçait notre mémoire d'un coup d'éponge pour tout reprendre à zéro. Tout bonnement inimaginable... Durant quelques secondes, l'envie lui prit de nouveau de déguerpir au plus vite, de subir une énième fois une métamorphose si douloureuse soit elle et de courir sans s'arrêter jusqu'à ce qu'elle néglige son identité et que le loup prenne tout contrôle sur son être... Une façon de fuir la réalité au lieu de lui faire front, une attitude qui ne demandait aucune témérité . Non, cela ne lui ressemblait pourtant pas, la couardise ne faisait pas parti de ses défauts, elle en était même bien éloignée et d'ordinaire elle ne supportait aucun individu qui en faisait preuve.

Il fallait qu'elle se reprenne en main, son attention se reporta sur son ex mari lorsqu'il lui répliqua à propos d'Iska. Mais c'était plus ardu à dire qu'à exécuter, les souvenirs remontaient à la surface, l'un après l'autre, certains plus divertissants que d'autres. L'un des plus douloureux venait d'affleurer ses pensées, elle se revoyait le jour de son départ, les larmes perlant le long de ses joues, elle avait fait son choix, le plus cornélien qu'elle avait eu à faire, quitter Edward. Elle avait longuement réfléchi entre rester près de lui et un jour songer qu'elle passerait de l'autre coté ou renoncer à leur couple, ainsi qu'à d'herculéens sentiments, avoir l'immortalité, et surveiller ainsi sur sa fille sachant qu'elle devrait revoir Edward un jour ou l'autre... Leurs destins étaient liés, elle en était consciente. Helena restait face à lui, se contentant de l'écouter, le laisser filer ? Elle n'en avait strictement pas l'intention, pendant un instant elle le regarda avec un air déconcerté, croyait il vraiment que cela était facile pour leur fille de faire le premier pas vers lui ? Elle qui ne le connaissait que si peu et qui était aussi altière que lui ? Elle en crevait d'envie, oui, Iska lui parlait souvent de lui, voulant savoir comment il était, quel caractère il avait, les anecdotes qu'Helena et lui avaient en commun, la façon dont il s'y prenait pour gérer son vampirisme, c'était comme si son père la fascinait... Elle voyait en son père une sorte de héros dont le peu de savoir qu'elle avait sur lui l'inspirait... La lycan s'avança dans sa direction, puis leva avec précaution sa main vers lui avant de lui agripper l'épaule. Le tout premier contact depuis des années, étrange situation, qu'elle venait de faire sans même y songer, un geste tout ce qu'il y a de plus normal... Une manière d'établir un lien ? Plongeant son regard bleuté dans le sien, elle dit avec un sourire.


" Iska est aussi fière que toi, elle ne voulait pas jusqu'à maintenant faire le premier pas, mais elle me parle sans cesse de toi, elle te recherche, elle veut apprendre à te connaître après lui avoir tant raconté à propos de toi, tu lui manques... J'ai fait des erreurs, mais si tu veux connaître le fin mot de toute l'histoire alors reste, s'il te plait pour Iska et moi... Après si tu le veux, tu pourras..."

Helena s'interrompit déglutissant en silence, avant de laisser son imagination vagabonder l'espace de quelques secondes... Edward avait il quelqu'un ? Après tout, on ne savait jamais, en cinquante ans, il avait pu rencontrer quelqu'un d'autre, non pas une simple aventure d'un soir, mais quelqu'un de plus sérieux, même si tout la poussait à croire le contraire. Non, c'était tout bonnement impossible à concevoir, La lycan ferma un instant les yeux histoire de chasser vivement l'idée de son esprit, elle releva les yeux vers lui, mais ceux ci changèrent pour laisser place à une iris dorée, elle continua avec une once de jalousie dans la voix... La jalousie, avec lui surtout avec lui, elle l'avait été au possible, elle ne supportait pas surtout vers le fin de leur relation qu'une autre femme ne s'approche de lui, jamais elle n'avait été comme ça avec Gabriel, non, Edward avait été le seul... Héléna avait même finit par être jalouse, maladivement peu de temps après leur séparation, elle se faisait peur, elle ne pouvait pas se passer de lui se rendant malade à chaque fois qu'il sortait au dehors, elle s'tait effrayée, la peur qu'il ne la quitte la hantant... Elle avait alors décider de prendre les devants... Et a devenir lycan par la même occasion, mais pas la peine de revenir sur ce sujet... Mais qu'avait elle voulu dire par 'connaître le fin mot de l'histoire ? Lui raconter la douleur perpétuelle dans laquelle elle avait vécu sans lui et auprès de Gabriel qui la laissait totalement indifférente ? Aborder ses sujets qu'elle gardaient enfouis depuis déjà trop longtemps...

" chasser ton repas et qui sait rejoindre celle que tu aimes... Je te demande juste de m'accorder un peu de ton temps, j'en ai réellement besoin... Après, si tu le souhaite, tu n'entendras plus jamais parler de moi, simplement par Iska... "

Plus elle l'observait et plus elle sentait qu'elle devait le lui avouer, mais quelque chose lui en empêchait... Sa prunelle reprit enfin sa couleur initiale, il ne pouvait pas se mettre à sa place, non, il ne pouvait savoir ce qu'elle avait ressenti et ce qu'elle ressentait actuellement, tout son bousculait en son esprit, tout était si confus... Un torture cérébrale certaine, une partie d'elle la poussait à vider son esprit, à tout lui céder, enfin, mais la seconde partie lui soufflait de garder tout enfoui au plus profond de son coeur... De les laisser s'endormir à jamais, et ce fut pour la toute première fois qu'elle regretta d'être un Lycan, et ainsi donc d'être immuable au temps, car si elle se trouvait loin de lui, à quoi cela servirait qu'elle reste éternellement avec quelqu'un qu'elle voyait ni plus ni moins comme un ami et loin de celui qui l'avait toujours rendue folle de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:. /Admin/
avatar

Féminin
Nombre de messages : 351
Age : 27
Age : 580 ans, 28 ans en apparence.
Race : Vampire
Don(s) : La force, la rapidité, lire dans les pensées ,maîtrise relativement bien la télékinesie.
Position : Neutre
Poste : Informateur sur les activités des lycans
Arme(s) utilisée(s) : Revolver avec balles d'argents.
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Sam 6 Sep - 3:16

Iska…la seule personne qui reliait encore Edward et Helena d’une quelconque façon. Edward tenta d’imaginer le visage de sa fille et il eut un affreux pincement au cœur. Le seul souvenir qu’il avait d’elle, c’était son visage de bambin. Déjà, elle manifestait quelques comportements de vampires à cet âge et c’est d’ailleurs à partir de ce moment qu’il s’était plongé dans cet affreux dilemme qu’était de vampiriser ou non sa fille. Pleurant souvent, Iska était plus que perturbé par sa natures humaine et vampirique, car celles-ci se livraient une intense bataille en elle. Edward avait souffert en silence de voir sa fille dans un tel état. De plus, il avait longtemps espéré qu’aucuns problèmes psychologiques ne viennent empirer les choses lorsqu’elle deviendrait enfant, car les damphyrs étaient les plus susceptibles d’en développer. A son plus grand soulagement, Helena ne lui avait pas parlé de cela, ce qui voulait sûrement dire qu’elle se portait bien. De nouveau, une émotion douloureuse se coinça dans sa gorge lorsqu’il se rappelait le bonheur qu’il avait eu lorsqu’il tenait sa fille dans ses bras. Cela apaisait souvent Iska que de se retrouver dans les bras de son père lorsqu’elle avait ses crises. Ses grands yeux bleus devenaient alors plus paisibles, malgré les larmes qui y perlaient encore un peu. Si ce n’était pas de son orgueil, il courrait retrouver Iska pour la serrer à nouveau dans ses bras. Aujourd’hui, selon ses calculs, elle devait avoir à peine 17 ans en âge humain et il savait pertinemment qu’elle n’était plus ce bambin qu’il avait longtemps couvé d’amour. Elle avait changé, tout comme Edward avait changé. Celui qu’Helena lui avait décrit comme étant son père n’était plus vraiment le même. Son regard s’était durcit, il ressentait une indifférence accru pour toute chose, même la plus cruelle qui soit et s’était tailler une certain place parmi ces créatures ignobles qu’étaient ses compagnons les vampires et non sans en ressentir une certaine honte. Des humains avaient la vie dur, mais Edward ne s’en souciait pas quand avant, il n’aurait pas tolérer que ceux de sa race leur fasse du mal pour une raison aussi stupide que l’esclavage. Lorsqu’Helena parti avec Iska, Edward s’était assis sur une chaise, tenant toujours ce mot qui pour lui, lui signalait la fin et ce, pour toujours de sa relation avec Helena. La même histoire se répétait, mais à quelque différence prêt. Sa famille n’avait pas été tué, mais éradiquer de sa vie et par la seule volonté de sa femme. Atterré, il avait fixé le mur pendant de longues minutes, se demandant si tout ceci n’était que le fruit de son imagination. La tristesse avait alors fait place à la colère et rageusement, il avait déchiré ce maudit papier et l’avait jeté, sans scrupule, dans le foyer. Après quoi, il était allé chasser dans la forêt qui entourait leur ancienne maison familiale, tuant ainsi plusieurs animaux pour se défouler.

Helena lui agrippa alors l’épaule et Edward se raidit suite à ce contacte. Son ex femme lui fit savoir qu’Iska voulait absolument le voir, mais il savait qu’elle serait peut-être déçue. Maintenant, il avait la fâcheuse manie d’envoyer balader les gens, simple réaction qu’il avait, car il ne voulait pas s’attacher aux gens, il préférait les faire fuir plutôt que de devoir souffrir à nouveau et il ne voulait pas se montrer gauche avec Iska. La blesser lui serait intolérable. Pourtant, des gens supportaient ce caractère, comme Mordecaï par exemple. D’ailleurs, en ce moment, il avait un réel besoin de parler à la vampire, car il était plus que perturbé, mais Helena le suppliait de rester. Soudain, elle s’interrompit et il vit l’affolement prendre possession de ses traits. Il ne put s’empêcher de commettre une nouvelle impatronisation en lisant ses pensées. Une autre femme? Non jamais il n’avait aimé quelqu’un d’autre qu’Helena et à cause de cela, il avait fait du mal à quelques personnes qui s’étaient trop attaché à lui. L’envie de le lui dire le démangeait, mais encore, un fois, son orgueil le lui interdisait. Pourtant, il le voulait, il voulait que la paix règne entre eux, mais surtout, il avait envie de goûter à nouveau à ses lèvres. Ce fait le frustrait, car il n’aimait pas éprouver cette faiblesse qu’était d’aimer, mais le désir était plus fort que la raison en ce moment. Elle ferma les yeux et lorsqu’elle les rouvrit, Edward réprima un sursaut, car son iris était maintenant jaunâtre. La jalousie ainsi que la légère colère qu’il crut discerner dans sa voix le déstabilisa un peu. Elle le suppliait de rester, mais le fait qu’elle ait dit sa première phrase d’un ton acerbe, lui montrait que l’éventualité qu’il aime une autre femme ne lui plaisait pas. Encore une fois, il hasarda se fait…elle l’aimait encore tout comme lui, même s’il se disait le contraire, mais elle ne devait pas faire subir la même chose à Gabriel. C’était cruel. Rare sont les fois où il se souciait des autres lorsque ne pas s’en soucier lui était plus avantageux, mais il n’avait pas envie qu’elle fasse souffrir un autre homme comme lui avait souffert. Le vampire s’approcha un peu plus de celle-ci et prit son menton entre ses doigts glacé, la forçant ainsi à le regarder dans les yeux et qu’elle comprenne ce qu’elle allait lui dire. Il savait qu’elle allait peut-être en avoir le cœur brisé, mais même s’il n’avait pas le choix, il faisait encore quelque chose qui était en contradiction de ce qu’il voulait vraiment. Ses yeux démontraient très bien la douleur qui l’habitait en ce moment sauf qu’il ne voulait pas de problèmes, il en avait déjà beaucoup trop en ce moment avec les vampires, car ceux-ci doutaient fortement de sa loyauté envers le clan et le fait qu’Helena soit lycan, les mettrait, elle et lui, dans une position fâcheuse et il en mourrait de douleur si Helena venait à être tué.


-Helena…je n’ai jamais aimé quelqu’un d’autre que toi.

Il l’avait dit et il avait une folle envie de s’enfuir à toute jambe seulement, il n’avait pas terminé, car il devait mettre les choses au clair :

-Cependant, rien ne pourra plus être comme avant. Tu as choisi de me quitter pour Gabriel alors, je t’en pris, ne lui fait pas ce que tu m’as fait…J’ai aussi beaucoup trop de problèmes avec les vampires de mon clan en ce moment et s’ils voient que je me suis attaché à une lycan, ils me tueront, comme ils te tueront toi et je ne me le pardonnerais jamais si tu mourrais par ma faute. De plus, s’ils savent qu’Iska est notre fille, je n’ose imaginer ce qu’ils lui feront subir…voilà pourquoi il serait bon de couper les ponts.

Son orgueil ainsi écrasé, Edward se sentit extrêmement mal. Mettre ainsi à nu ce qu’il ressentait le dégoûtait au plus haut point. Aussi, il ne pouvait concevoir de la savoir morte. Toutefois, la voir malheureuse lui serait pénible, voilà pourquoi il regrettait aussi ce qu’il venait de lui dire. Elle l’aimait, mais vu les circonstances, c’était presque impossible pour eux de s’aimer comme avant. Les temps avaient changé et Edward avait la corde au cou avec tous ces problèmes et il ne voulait pas qu’Helena et Iska deviennent une cible importante pour les vampires. Il préférait que ceux de son clan s’en prennent à lui plutôt qu’a ceux qu’ils aimaient. Tout à coup, il pensa à quelque chose qui lui fit ravaler difficilement sa salive. Comment réagirait Helena s’il venait à lui dire qu’il informait les vampires sur les activités des lycans et donc, qu’ils mettaient tout ceux de sa race en danger?

_________________

---Double compte: Chrysanthe Petridis---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Weiss

avatar

Féminin
Nombre de messages : 247
Age : 28
Age : 84 ans 29 en apparence
Race : Lycan
Don(s) : //
Position : Neutre
Poste : //
Arme(s) utilisée(s) : Mes crocs ?
Date d'inscription : 31/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Sam 6 Sep - 16:11

Déstabilisée, elle ne savait plus soudain ou elle en était, perdue dans le fil des paroles de celui qui occupait la majeure partie de son coeur . Lorsqu'il lui prit le menton entre les mains, elle se sentit faillir, le contact de ses doigts sur sa peau la rendait tout simplement insensée, elle tenta de détourner le regard tentant de penser à autre chose mais impossible de ne pas succomber à la tentation, il la possédait de son regard, elle ne pouvait pas s'en décrocher. Il était si proche d'elle, mais ce que la mis hors d'elle ce fut ses paroles... Ne pouvait il pas se taire ? Elle en avait déjà trop entendu, l'envie de fuir étant plus présente que jamais. Tout s'affolait en elle, son coeur, ses sentiments ainsi que ses pensées. Comment pouvait on être proche de quelqu'un alors que tout l'interdisait... Douloureux supplice mais qui faisait renaître un tant soit peu d'espoir en elle... Il n'avait aimé qu'elle et elle comprenait que c'était toujours d'actualité. L'entendre se livrer ainsi lui prouvait à quel point il tenait à elle, tout était réciproque mais si risqué, oh combien elle aurait voulu qu'ils repartent en arrière, soit cinquante ans avant et qu'elle le supplie de la mordre. Certes elle lui avait demandé mais toujours, il avait refusé... Mais... comment avait il su qu'elle était un lycan ? Elle avait du se trahir par un fait ou tout simplement par le fait qu'elle non plus n'avait pas changé d'un poil, sans mauvais jeux de mots. Tout un monde s'écroulait autour d'elle, elle avait fait son choix, elle était devenue lycan rendant ainsi impossible le fait qu'ils soient de nouveau ensemble, a ce moment là, Helena détourna la tête, se lâchant de son emprise. Elle s'éloigna de lui un instant faisant quelques pas dans le hall d'entrée, un soupire de désespérance s'échappa d'entre ses lèvres, elle essayait de faire le vide de tout oublier l'espace d'un instant... Couper les ponts ? mais comment le pouvait elle ? A nouveau... Il allait la faire mourir s'ils n'établissaient pas de nouveau le contact, elle le ressentait au plus profond d'elle, surtout sachant qu'il avait encore et toujours un tant soit peu de sentiments pour elle. Laissant le silence prendre place entre eux deux, et surtout ne sachant que dire, elle ne pensait plus qu'à un unique être, lui... Que lui avait il fait pour qu'elle s'y attache a ce point ?

Mais surtout il avait tout compris, enfin les grandes lignes diront nous, mais il savaient qu'ils partageaient encore, malgré les années le même amour. Avait elle été si peu discrète que cela, est ce que c'était a ce point visible dans ses yeux ? Dans ses mots ? Trop tourmentée pour penser à autre chose, elle vint de poster à nouveau face à lui, prennent de nouveau appui contre la porte, craignant que son équilibre soit mal assuré, pourquoi tout devait être si compliqué? Ne sachant pas ce qu'elle était vraiment venue chercher en se rendant chez lui, son esprit restait dans le trouble pendant qu'un sentiment de tristesse emplissait peu à peu son esprit et son regard. Les souvenirs affluaient toujours, et se trouvaient être de plus en plus nombreux, le premier baiser échangé, dans la librairie... Elle se souvenait qu'il l'avait charmé dès le tout premier regard, quelque chose chez lui l'avait fasciné et continuait de la fasciner encore aujourd'hui, elle était venue régulièrement dans sa librairie dans le seul but de la connaître un peu plus et tout s'était si rapidement enchaîné. Ils avaient eu Iska, Edward avait été un père modèle durant toutes ses années, attentif, il avait fait plus que leur fille pouvaient espérer... Toute cette avalanche de mémoires lui fit avoir des frissons malgré qu'en elle c'était un authentique volcan en éruption, elle frissonnait en repensant à toutes ces années passées ensemble...


" Je comprends... On peut trouver une solution pour Iska, il faut trouver. Mais avant, je tiens à ce que tu saches pourquoi je suis partie... La véritable raison et pas ce qui était écrit sur le papier que je t'avais laissé. J'ai besoin de t'en parler je ne veux pas que tu te fasses de fausses idées, non, je tiens encore beaucoup trop à toi..."

C'était décidé, s'il n'était appelés à jamais plus ne se revoir, il fallait qu'Helena se jette à l'eau, qu'il sache enfin après toutes ses années, le fin mot de toute cette histoire qui avait détruit plusieurs vies entre celle de leur fille et la leur. La lycan prit une grande inspiration, et , comme par réflexe, elle se rapprocha de lui, et lui prit la main, un besoin manifeste qu'il la rassure. Même si seule sa présence avait pour don de l'apaiser, mais tout ce qu'elle avait à lui dire n'était pas si évident à déballer sur un plateau d'argent, surtout qu'elle avait appris à tout garder pour elle sans jamais se confier à quiconque pas même à leur fille, qui la connaissant aurait tenté par tout les moyens un rapprochement entre ses parents. Surtout qu'entre Gabriel et elle ça n'avait jamais été des sentiments très fort, bien au contraire, Lena avait bien souvent ressenti une rivalité comme une compétition entre eux deux afin de savoir qui passerait pour un être aimé dans le coeur de la jeune femme, mais concurrence inutile puisqu'en réalité la place avait été occupée par les deux amours de sa vie, sa fille et son ex mari...

" Si je t'ai quitté ce n'est pas pour les raisons que tu crois réellement, je t'en pris écoutes moi... Quand je t'ai quitté j'étais folle de toi, à un point que je ne pouvais pas contrôler, je me rendais malade quand je n'était pas à tes cotés, tu me rendais dingue, j'aimais je n'avais ressenti ça... Mais si tu savais à quel point j'avais peur que tu ne te lasses de moi et que tu finisse par me quitter. Je me voyais vieillir, mais toi tu restait toujours le même, quand Gabriel s'est présenté à moi, j'ai vu en lui la clef de l'immortalité, ce qui me permettrais de veiller sur Iska et qui sait, revenir un jour vers toi... "

La jeune femme s'arrêta de parler un instant, elle ferma les yeux, lui avouer tout ceci était tellement ardu, elle avait la désagréable impression que son coeur et son être tout entier s'enflammait , qu'il se consumait petit à petit. Elle leva de nouveau les yeux vers lui retenant ses larmes.

" C'était tellement dur d'être si loin de toi... Je ne l'ai jamais aimé, non tu es encore beaucoup trop présent en moi... heu pas de mauvais jeux de mots. Bande de tits pervers XD"

Et sans vraiment réfléchir, elle répondit à l'un de cris de son coeur et réduit ce ridicule petit espace qui les séparait et sans savoir comment elle posa délicatement ses lèvres sur les siennes. Un lycan et un vampire ? Oui, cela pouvait se faire, ils en étaient la preuve même, mais tout n'était qu'une histoire qui pouvait leur coûter cher à tous deux, elle pour avoir trahi les siens et par la même occasion Gabriel et lui tout simplement parce qu'elle était un lycan... Une union tout simplement proscrite. Helena avait scellé toutes ces dires par un baiser, un simple baiser peut vouloir dire beaucoup. Lorsqu'il est bien fait, il est la caresse la plus douce et la plus sensuelle que l'homme peut prodiguer. Un baiser un seul peut transmettre beaucoup plus que de simples paroles, pour la première fois depuis longtemps, Helena se sentait revivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:. /Admin/
avatar

Féminin
Nombre de messages : 351
Age : 27
Age : 580 ans, 28 ans en apparence.
Race : Vampire
Don(s) : La force, la rapidité, lire dans les pensées ,maîtrise relativement bien la télékinesie.
Position : Neutre
Poste : Informateur sur les activités des lycans
Arme(s) utilisée(s) : Revolver avec balles d'argents.
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Dim 7 Sep - 22:38

Edward pouvait ressentir dans toutes les fibres de son corps qu’Helena ne souhaitait pas la même chose que lui. Pourtant, si seulement elle savait combien il regrettait ses paroles, elle comprendrait qu’il avait dit cela pas par envie, mais bien par choix, un choix horrible et douloureux qu’Edward ne pouvait supporter. Il avait envie de hurler de rage, car il haïssait ce choix, mais il n’avait pas d’autres possibilités s’il voulait que sa fille et celle qu’il aimait reste en vie. L’amour vous rendait vulnérable et les autres vampires de son clan en feraient très bon usage, surtout qu’il le soupçonnait de trahison. Il avait une amie renégat, aimait une lycan plus que tout et avait une fille damphyr, une situation qui faisait en sorte qu’il avait la corde au cou et pourtant, une partie de lui lui hurlait de ne pas s’en préoccuper et d’aimer Helena aussi fort qu’il y a cinquante ans. Seulement, la situation avait changé et ce n’était plus aussi facile. Lorsqu’il avait compris les noirs dessins de ceux de sa race, il avait été obligé de les suivre malgré lui, car il ne voulait pas mourir malgré toutes ces souffrances que la vie lui avait fait subir. De plus, il avait longtemps eu cette peur atroce qu’Helena et sa fille soit devenue des esclaves. Il va s’en dire qu’il était maintenant soulagé de voir qu’elles n’occupaient pas cette dégradante et monstrueuse position. Helena avait déjà assez souffert dans les camps de concentration et il avait longtemps été témoin des cauchemars de celle-ci alors si elle était devenue esclave, il n’osait imaginer ce qu’elle serait devenue aujourd’hui. Encore une fois, une douloureuse émotion se coinça dans sa gorge lorsqu’il intercepta une de ses pensées. Oui, elle l’avait supplié de la morde, mais effrayé, Edward n’avait cessé de lui dire qu’il y penserait et de changer immédiatement de sujet. Seulement, il regrettait maintenant de ne pas l’avoir fait, car les choses seraient bien différentes maintenant. Toutefois, est-ce qu’ils auraient continué de s’aimer de la sorte? On dit souvent que la distance nous montrait à quel point on aimait l’autre, ce qui nous faisait nourrir des sentiments bien plus fort à son égard. Même si Edward s’était persuadé qu’il la détestait après qu’elle l’ait quitté, ses sentiments eux, disaient tout le contraire, mais borné, il ne les avait pas écouté et avait tout simplement tenté d’oublier Helena. Maintenant qu’elle était devant lui, c’était tout le contraire et ses sentiments d’amour à son égard s’en trouvaient maintenant plus accrus et ceux-ci écrasaient son orgueil qui d’habitude, lui dictait quoi faire.

La lycan détourna alors son regard de celui d’Edward et le vampire remarqua la déception peinte sur son visage. Depuis plusieurs années, il avait eu l’habitude de décevoir les gens, mais de faire ça à Helena lui faisait plus mal qu’aux autres. Il serra les dents, maudissant toute cette situation qui les faisaient souffrir tout les deux. Il ne pouvait pas changer le passé, mais il se dit que si cela était arrivé, c’est que cela devait arriver. La vie de tous était truffés de choix et selon celui que l’on choisissait, elle prenait une tournure différente, parfois joyeuse ou pénible et Helena et Edward avait décidé d’un choix qui pour eux, signifiait de se séparer pour toujours. Maintenant, le vampire regrettait amèrement que tout se soit passé ainsi, seulement il ne pouvait rien faire. A moins qu’il ne décide d’écouter son cœur et de vivre à nouveau au côté d’Helena et de sa fille, mais cela signifiait qu’il signait à tous leur arrêt de mort. Une autre option s’offrait à lui, celle de voir Helena et sa fille dans le plus grand secret, mais cette option pouvait se retourner contre lui, surtout que les dirigeants de son clan avait l’œil sur lui, même beaucoup, ce qui faisait en sorte que les actions d’Edward étaient limités. Il se sentait cruellement étouffé en ce moment, car les possibilités qu’il trouvait avait un côté toujours plus négatif les uns que les autres. Il retint un juron pendant qu’Helena prenait appui sur la porte, visiblement agacé par quelque chose. Encore une fois, il ne put s’empêcher de lire les pensées de celle qu’il aimait. La nostalgie vint prendre possession de son être lorsqu’il comprit qu’elle se remémorait cette fois où il avait échangé un baiser pour la première fois. A partir de ce moment, il avait su que quelque chose allait changer dans sa vie. En effet, Helena avait été la cause de plusieurs changements dans celle-ci et c’est pourquoi Edward ne pouvait supporter les paroles qu’il avait dites à son égard.

La lycan s’avança alors vers lui et lui prit la main, ce qui fit un grand bien au vampire qui commençait à paniquer intérieurement. Elle lui fit alors part de quelque chose qui le troubla. L’avait-il ensorcelle à ce point? Certes, il était un vampire et donc son énorme charisme ne laissait pas les humains indifférents, mais de voir qu’elle avait souffert à cause de lui, lui faisait mal. L’immortalité n’était pas aussi palpitante qu’Helena l’avait crut et il savait qu’elle commençait à le comprendre. Gabriel n’avait donc été qu’une solution pour remédier au fait qu’elle vieillirait pendant qu’Edward resterait toujours le même. Elle avait atteinte son but, mais vu les complications de cette époque sombre, son plan n’arrangeait rien. Lorsqu’elle releva un regard où les larmes menaçaient de tomber, Edward eut l’impression qu’on lui donnait un coup douloureux en lui. La voir dans cet état lui était insupportable. Légèrement secoué, Edward allait la prendre dans ses bras, mais la jeune femme se rapprocha davantage de lui et vint poser ses lèvres sur les siennes. Sans se poser de question il lui rendit son baiser, même s’il savait qu’il allait le regretter, mais en ce moment, la raison ne lui disait plus ce qu’il devait faire. Il en avait oublié sa faim et tous les problèmes qui le préoccupaient. Il se trouvait imprudent et idiot de succomber de la sorte, mais Helena lui avait terriblement manqué, sitôt que ses baisés devinrent plus insistants, mais il s’arrêta tout de même à contre cœur. Il ne voulait pas qu’ils s’embarquent de nouveau dans cette histoire, car il le lui avait dit, cela leur occasionnerait d’énormes problèmes et pour leur bien et celui de leur fille, ils devront arrêter là. Il planta à nouveau son regard dans celui de son ex femme, soucieux de se montrer encore plus clair qu’il ne l’avait été la première fois :


-Ne me fais pas regretter ce que je t’ai dit.

Il voulait tourner les talons, mais son corps le lui interdisait, car il n’avait pas envie de ne plus la revoir. De savoir qu’elle ne ferait plus parti de sa vie encore une fois le rendait malade, car malgré le fait qu’il s’était longtemps décidé à éprouvé de la haine envers Helena, il avait longtemps souhaité qu’elle revienne.

_________________

---Double compte: Chrysanthe Petridis---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Weiss

avatar

Féminin
Nombre de messages : 247
Age : 28
Age : 84 ans 29 en apparence
Race : Lycan
Don(s) : //
Position : Neutre
Poste : //
Arme(s) utilisée(s) : Mes crocs ?
Date d'inscription : 31/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Lun 8 Sep - 19:55

Une partie d'elle la poussait à l'oublier, à s'éloigner de son seul et unique amour et enfin tenter de vivre sa vie de Lycan aux cotés de Gabriel, en était elle capable ? Il fallait qu'elle s'en convainque mais après les baisers échangés, c'était une mince affaire, mais elle se disait intérieur que ce n'était que partie remise, enfin elle tenter de s'en persuader... Elle eut l'image de sa fille devant les yeux durant quelques secondes, Iska, elle devait se renoncer à lui pour le bien de sa fille. Elle même ? Elle s'en fichait éperdument, elle aurait été seule elle n'aurait pas réfléchi et aurait préféré foncer même si c'était du pur suicide mais plusieurs vies étaient en jeu il fallait qu'elle en soit consciente, même celle d'Edward... Comme il l'avait dit, il avait déjà assez de problèmes avec les vampires de son clan, à quoi faisait il illusion ? S'agissait il de leur fille ? Y avait il quelqu'un qui étaient au courant au sujet de sa véritable nature ? Helena aimait tellement sa fille, elle était capable de rejouer ce saumâtre jeu, endosser le rôle de la femme parfaite auprès de son actuel conjoint, même si au fond elle souffrait et aurait voulu que tout cela ne se soit jamais produit, mais quitte à faire un sacrifice, qu'elle le fasse pas amour pour Edward et Iska. L'immortalité avait ses bons cotés lorsqu'on vivait auprès de ceux qu'on aime mais lorsqu'on se retrouvait prisonnière d'elle, dans un monde des plus durs à vivre, on regrettait d'avoir fait ce choix. En effet, c'était elle qui avait désiré être immuable au temps qui passe, personne n'avait décidé pour elle, Lena n'avait vu que les bons cotés, mais aujourd'hui tout lui retombait sur les épaules et cela se retournait contre elle même. Celle qu'elle avait prise pour son alliée se révélait être insupportable, l'idée de traverser les années seule avec Gabriel loin d'Edward, car elle savait qu'un jour ou l'autre sa fille partirait, la rendait malade. Une théorie vint flirter avec son esprit, valait il mieux profiter d'une vie passionnée et courte plutôt qu'une existence ennuyeuse et sans intérêt mais cependant jusqu'à le nuit des temps ? La mort après tout, n'était qu'une étape, pourquoi l'avait elle repoussée avec tant d'ardeur ? Elle n'était parvenue qu'à récolter des larmes et des regrets, certes elle avait une vie pour le moins paisible mais elle ne lui plaisait pas, et ne rentrait pas dans ses espoirs. Chez les lycans elle n'était qu'une néophyte et ses transformations ne déclanchait que des crises qu'elle ne contrôlait pas encore, on l'estimait certes, mais uniquement parce qu'elle se trouvait être la compagne d'un des lycanthropes les plus illustres.

Total contraste avec l'autre partie de son coeur, qui était copieusement plus égoïste que l'autre, tenter de trouver un solution quelque en soit les conséquences, même cacher leur relation à eux deux, mais imaginer de couper à nouveau les ponts non, pour elle s'était tout bonnement inconcevable. Elle ne voulait pas ne plus avoir affaire à lui, elle provoquerait les rencontres, elle en était persuadée ce serait plus fort qu'elle surtout après avoir découvert qu'il y avait toujours quelque chose entre eux deux. Ce que la vie était coriace. Elle n'était pas résolue à le laisser tomber à nouveau, non, elle n'hésiterai pas à braver les interdits, enfin c'est ce que son esprit lui poussait à faire, malgré tout ces principes plus ou moins moraux, ses convictions ou telles qu'elle soit. Tout cela c'est de l'abstrait, même si tout cela était quasi impossible, elle était déterminée à se dire qu'il y avait un espoir possible. Belle illusion. Mais après tout n'avait elle pas raison, Helena, depuis qu'elle était ressortie des camps de concentration avait contracté un certain coté optimiste. Elle avait vécu l'horreur, des abjections qu'aucun être au monde ne pouvait supposer, même ce monde dans lequel ils évoluaient n'était rien comparé à cet enfer. Et pourtant... L'avènement des vampires n'avait apporté que désolation et tristesse sur la terre telle que nous la connaissions auparavant, beaucoup disaient que les ténèbres s'emparaient de chacun des êtres vivants sur la planète. Helena avait survécu à toute sa famille dans les camps, pourquoi ne parviendrait elle pas à trouver une solution, un échappatoire à leur problème à tous deux. Il fallait qu'elle trouve, même si elle était néanmoins déstabilisée, elle ne pouvait supporter le fait de vivre sans lui une nouvelle fois. Mais dans cette partie de son âme, Iska était bien entendu assimilée à leur vies à eux deux, jamais elle ne permettrait qu'on s'en prenne à elle, et le simple fait de savoir qu'elle pourrait succomber à un vampire lui glaçait le sang. Savoir qu'il pourrait jouer avec elle au chat et à la souris, la torturer comme si elle n'éprouvait aucun sentiment, aucune douleur non... Sa hantise serait de voir quelqu'un qu'elle aime mourir dans d'atroces souffrances, une lente agonie pour encore plus de douleur. Encore certains soir, il lui arrivait qu'elle revive le meurtre de sa soeur, jamais elle ne voulait revivre cela. Elle ne le supporterait pas, mais la différence avec le passé c'est qu'elle avait les moyens de se défendre. Perdue dans son regard, elle se tenta à poser une question, Edward avait des problèmes avec ceux de son clan et ce n'était que maintenant que cela alertait la jeune femme.


" De quoi parlais tu a propos de tes problèmes avec les vampires de ton clan ? "

Une fois qu'elle aurait la réponse à sa question, que ferait elle ? Helena ne rentrerai certainement pas tout de suite chez elle, elle ne pouvait pas supporter de suite le regard de Gabriel sur elle, ses caresses, ses baisers, elle n'en avait pas envie. Au début elle avait essayé de l'assimiler à Edward mais c'était inconcevable, tout deux n'avaient strictement rien à voir. La lycan aurait besoin de s'émanciper, de se dégourdir les jambes dans la forêt, elle changerait de forme, endurant la supplice d'une métamorphose, mais ce serait plus fort qu'elle. Héléna voulait souffrir pour oublier ce coeur qui semblait se déchirer, elle avait un noeud au coeur de la gorge, elle aurait voulu que toute cette histoire n'ai aucun sens, que jamais leurs regards ne se soient croisés, aujourd'hui elle serait alors six pieds sous terre et sa vie aurait été tellement plus simple. Le temps d'oublier son identité, fuir sa tristesse et de faire son deuil, mais également se préparer à rentrer chez elle, retrouver sa fille qui lui demanderait ou elle était. Si il n'y avait pas eu tant de complications, à la place, elle serait restée avec Edward, tout deux étaient si proches l'un de l'autre, elle avait encore le goût de ses baisers sur ses lèvres. Elle détourna le regard, elle ne voulait pas avoir à l'affronter, enfin affronter de manière a ne pas succomber à nouveau, elle remit sa veste et contre toute attente, elle vint lui faire une caresse sur la joue avant d'à nouveau glisser sa main dans la sienne... Étrange réaction prouvant à quelle point elle était perdue. Elle savait très bien qu'ils ne pourraient jamais revivre comme avant a moins qu'ils ne s'exilent au pôle nord mais bon ce n'était certainement pas la meilleure solution. Chasser le phoque pour en faire son repas, non, il valait mieux oublier l'idée tout de suite.

"On peut trouver un échappatoire j'en suis certaine. Je ne veux pas revivre les cinquante ans que je viens de quitter... Et même si je sors de ta vie, tu resteras toujours dans la mienne. "

Elle n'avait pas pu s'empêcher de ramener le sujet au goût de la conversation, elle n'arrivait pas à se dire que tout était impossible. Remarquant que ce n'était peut être pas conseillé et qu'elle finissait par s'agacer elle même, elle fit quelques pas en arrière lui lâchant la main par la même occasion, s'adossant à nouveau à la porte avec la ferme conviction qu'elle devait quitter les lieux , mais il lui en manquait l'envie, ne pouvait il pas lui donner un coup de pied au fesses et la ficher dehors ? Tout aurait été plus simple c'est sur et certain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:. /Admin/
avatar

Féminin
Nombre de messages : 351
Age : 27
Age : 580 ans, 28 ans en apparence.
Race : Vampire
Don(s) : La force, la rapidité, lire dans les pensées ,maîtrise relativement bien la télékinesie.
Position : Neutre
Poste : Informateur sur les activités des lycans
Arme(s) utilisée(s) : Revolver avec balles d'argents.
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Mer 10 Sep - 23:04

Comme il aurait voulu que leur chemin ne se croise pas, ainsi ils n’auraient pas eu à faire des choix aussi durs et douloureux, mais en même temps, Edward ne savait pas ce qu’il serait devenu sans Helena. La vie était d’une curiosité bien étonnante parfois, mais surtout d’une cruauté sans égale lorsqu’elle le voulait et en ce moment, Edward et Helena faisait partie de ses nombreuses victimes. Le destin s’en était mêlé aussi et pour eux, il semblait immuable. Les solutions se transformaient inévitablement en problèmes, semant quelque peu le désespoir dans le cœur d’Edward. Il retournait sans cesse ces innombrables questions qui se déversaient dans son esprit perturbé, tentant ainsi de trouver un échappatoire à cette insupportable situation, mais toutes venaient, inévitablement, avec un côté encore plus négatif que les précédents. Il ne s’était jamais senti aussi tirailler entre ses désirs et ses principes. S’il écoutait son cœur, il enverrait paître tout ses supérieurs ainsi que tous ces autres imbéciles qui n’étaient en fait que leur vulgaire chien de poche et avec Helena, oubliant ainsi le danger qu’il courraient, vivraient pleinement leur amour. Edward les trouvaient tous pitoyables pour lui, c’était une corvée que de participer à toutes leur réunion de pacotille, mais il devait se taire, ce qui le révulsait à un tel point qu’il sentait que, bientôt, sa colère refoulé allait exploser de façon spectaculaire et donc, qu’il allait commettre une grave erreur s’il ne quittait pas leur rang. Se taire ne lui ressemblait pas, ce n’était pas lui et avec eux il sentait qu’il perdait petit à petit sa personnalité. Il ne pouvait être que soumis, rien de plus et Edward était à des années lumières d’être ce genre de personne en réalité. Seulement, mourir brûlé vif ne l’enchantait guère et ayant un certain instinct de survie, il faisait tout pour éviter cela, mais maintenant qu’Helena était revenue, il ne savait plus quoi penser. La confiance avait fait place à l’incertitude dans son esprit, sitôt qu’il sentait qu’il allait perdre la tête dans peu de temps. Lui qui vivait une vie paisible depuis quelques années, en fait, semblait vivre une vie paisible si ce n’est que ses pensées étaient tourmenté par la solitude, maintenant il sentait que sa vie allait être chamboulé de manière drastique. Même s’il disait qu’il coupera les ponts avec Helena, il savait pertinemment qu’il se mentait à lui-même parce que comme elle, il fera tout pour la revoir. S’en était presque un besoin vital, lui qui pourtant trouvait stupide les gens qui s’éprenait trop d’autrui. De nouveau, la colère monta progressivement en lui et si le destin avait un visage, Edward lui aurait volontiers balancé un bon coup de poing à la figure, mais c’était quelque chose que les mortels comme les immortels ne pouvaient contrôler. Dommage, la vie serait d’une grande simplicité et le malheur, une chose inconnue.

Soudain, la question qu’il redoutait plus que tout vint à être poser. Une affreuse boule se coinça dans sa gorge. Ses problèmes? Il ne savait par où commencer tellement sa situation en possédaient, mais surtout comment pouvait-il lui dire que le poste qu’il occupait pouvait nuire aux lycans voir même, les exterminer? Cependant, les réponses ainsi que les faits nébuleux qu’il fournissait à ses supposés compatriotes les aidaient à retarder leur mort. Cela, bien sûr, ses supérieurs s’en doutaient, mais Edward leur était encore utile, ce qui le sauvait pour quelques temps, mais ses jours étaient compté. Agressif, les gens remarquaient bien qu’Edward subissait un stress incroyable, mais il en ignorait la raison, seul Mordecaï, sa précieuse amie, le savait. D’ailleurs, ils étaient tout deux dans une belle merde noire, elle aimait un lycan, tout comme lui aimait Helena à en mourir, d’où le fait qu’il se sentait enfin compris lorsqu’il était avec elle. Peut-être devrait-il refuser une vie de douleur sans l’être aimé, exactement comme l’avait fait Mordecaï? Non sa situation était différente, car elle touchait beaucoup plus de gens, ainsi il devait laisser de côté ce petit côté égoïste qu’il avait toujours eu. De plus, il côtoyait les vampires de haut rang, ce qui se résumait à se jeter délibérément dans la gueule du loup s’il cédait à ses envies. Il eut soudainement une jalousie intense pour Mordecaï et son regard s’en mâtina de colère. Il reprit alors contenance, se disant qu’il avait des choses beaucoup plus importantes à penser, comme par exemple, la réponse qu’il donnerait à Helena. Il eut un vide immense dans la tête du vampire et il eut cette impression dissonante qu’on l’avait piégé. Pourtant, il comprenait Helena de le lui avoir demandé. Elle s’inquiétait, mais lui exprimait de la réticence à l’idée de lui dévoiler ce poste qu’il occupait. Grâce à celui-ci, il avait développé un grand don pour l’hypocrisie et la manipulation, ce qu’il n’était pas pendant qu’il était encore avec Helena. Comment réagirait-elle lorsqu’elle apprendrait qu’il se jouait des gens et qu’ils n’étaient que des instruments pour parvenir à ses fins? Pourtant, il n’aidait pas pour autant les vampires, car il ne faisait que fournir le nombre minimal d’information en s’amusant à rester vague. D’ailleurs, il ne pouvait s’empêcher d’éprouver un certain plaisir à faire cela, mais là était toute la clef de ses problèmes. Certes, le fait qu’il avait une amie faisant partie des renégats et qu’il traitait relativement bien son esclave en étaient aussi, mais ils ne faisaient qu’accessoirisé le problème. Beaucoup de vampires le détestaient et ses supérieurs trouvaient ses actions ambiguës harassantes et pour eux, s’en devenait presque de la traitrise, ce que c’était à vrai dire puisqu’Edward n’en avait que faire d’eux et de leurs plans idiots. Helena prit alors sa veste et le vampire se sortit immédiatement de sa torpeur. Elle vint caresser sa joue et prendre sa main, ce qui lui insuffla un minimum de courage. Helena revint sur le sujet, ce qui lui fit comprendre qu’elle ne voulait pas l’abandonner, tout comme lui ne voulait pas l’abandonner. Il soupira, signe qu’il ne savait que dire face à tout ça, mais c’est pourtant d’une voix assuré qu’il se lança :


-Moi non plus je ne veux pas te quitter Helena et peut-être qu'il y a une solution, mais je suis dans une impasse en ce moment. Tu m’as demandé pourquoi les autres vampires doutaient de moi et bien c’est parce qu’il doute tout simplement de ma loyauté. Ils m’ont à l’œil, même beaucoup trop. Ils ont encore besoin de moi pour l’instant, mais mes jours sont comptés, je le sais et dès qu’ils se lasseront de l’ambigüité de mes informations, ils m’élimineront sans hésiter…je suis supposer les informer sur les activités des lycans, mais je ne peux pas…surtout maintenant, parce que je sais que tu es l’une d’eux.

Il baissa le regard, car si un jour Helena venait à mourir par sa faute, il ne se le pardonnerait jamais. Il lui avait dit et il avait cette énorme crainte qu’elle pense qu’il la manipule pour obtenir d’elle de vulgaires informations qu’il irait dicter à ses supérieurs. N’excellait-il pas là-dedans après tout? Helena ne pouvait savoir combien de gens il avait manipulé ou qui était mort par sa faute parce qu’ils les avaient dénoncé à Tertius et Clovis. Il en avait été rongé par le remord par contre, ce qui l’avait rendu froid et indifférent au mal maintenant. Aujourd’hui, on devait penser à sa peau si on voulait survivre et c’est exactement ce qu’Edward a fait durant ces longues années. Helena ne le reconnaîtrait plus si jamais elle venait à le voir à l’œuvre lorsqu’il devait faire son travail, puisqu’il devenait une tout autre personne. Parfois, il devait user de violence, voir même tué, pour obtenir ce qu’il voulait, ce qu’il n’aurait jamais fait il y a plusieurs années. Edward préférait grandement qu’elle ignore ces détails.

_________________

---Double compte: Chrysanthe Petridis---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Weiss

avatar

Féminin
Nombre de messages : 247
Age : 28
Age : 84 ans 29 en apparence
Race : Lycan
Don(s) : //
Position : Neutre
Poste : //
Arme(s) utilisée(s) : Mes crocs ?
Date d'inscription : 31/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Lun 15 Sep - 0:41

Comment ? Comment était ce possible ? Helena fronça les sourcils par simple réflexe, elle laissa son regard se perdre dans le vague, sans faire attention au monde autour d'elle, elle cherchait à comprendre. Elle n'imaginait pas Edward en tant qu'informateur sur les lycans, non c'était tout bonnement impossible, elle n'arrivait pas à le concevoir. Une idée vint flirter avec son esprit, voulait il se venger de Gabriel, il savait que c'était un lycan après tout, il avait ses raisons, mais comme il l'avait dit lui même ce poste ne lui servait que pour s'assurer une certaine tranquillité, pourquoi douter. Helena ne savait que penser, partagée entre son amour pour Edward et le sentiment qu'il l'avait trahie d'une certaine manière... Sachant surtout que grâce à Gabriel, qui était son compagnon, on aurait pu directement remonter jusqu'à elle et leur fille. Un massacre aurait pu être possible qui sait ? La lycanthrope lui lâche subitement la main, toujours aussi absente, elle se recula quelque peu de lui sans vraiment s'en rendre compte. Non, elle essayait de se convaincre qu'il avait un couteau sous la gorge et elle refusait tout simplement de croire qu'il ai pu choisir lui même cette subite vocation. Certes il avait toujours eu une certaine rancoeur vis à vis d'eux, sa nouvelle race, sa famille entière avait été anéantie par les lycans, faute de cette guerre irrationnelle qui les déchiraient depuis des générations. A quoi servait elle? Personne n'en avait véritablement la réponse, les lycans ne désirant pour rien au monde être les esclaves des vampires. Mais n'y avait il pas un envisageable terrain d'entente ? Un jour ou l'autre, il faudrait cependant qu'ils trouvent un compromis au lieu de sans cesse s'affronter et faire couler considérablement trop de sang des deux cotés opposés. Il était nécessaire que l'hémorragie qui scellait leurs rixes cessent tantôt. Cependant l'affrontement entre les deux races ne souciaient pas plus Lena que cela, elle ne savait comment réagir, mais lui cherchait milles et une justifications qui aurait pu l'encourager à occuper cette fonction. Une manière de la récupérer peut être ? Mais n'aurait il jamais pu appréhender le fait qu'elle même aurait pu se faire mordre et devenir l'une d'entre eux... Son esprit s'éprouvait, elle ne savait plus ce à quoi elle devait songer. Une pensée parcourut l'espace de quelques secondes, tout son être, elle eut un frémissement le long de la colonne vertébrale rien qu'en la considérant. Elle se mit à le soupçonner à propos de sa sincérité, et si tout n'était qu'un leurre, ses sentiments, ses baisers, ses gestes, si tout n'était qu'une belle entourloupe... Elle serait alors dans un authentique guet-apens, surtout après ce qu'elle venait de lui avouer, elle serait dans une fâcheuse posture... Après tout ne lui avait elle jamais connu un coté vindicatif ? Cela expliquerait le fait qu'il soit réticent à ce qu'ils se retrouvent un tant soit peu, ce récit concernant qu'il aurait la corde au cou ne lu permettrais alors que de l'attendrir afin de l'attirer dans la gueule du loup. Les humains parlaient bien de crimes passionnels... Un nouveau frisson lui parcouru l'échine, lui glaçant le sang au passage, elle se souvenait de l'une de ses amies du nom de Luchina, une victime des vampires, son atroce agonie, mordue à plusieurs endroit par de vampire dans le but de l'affaiblir, son corps était couverts d'équimoses, pour l'achever, ils lui avaient ensuite tirés une balle d'argent dans l'épaule. Elle avait flirter des heures durant avec la mort avant d'y succomber totalement.

" A quoi joues tu Edward ? Si tu veux t'amuser avec moi pour me livrer ensuite à tes supérieurs je t'en pris n'hésites pas, je me laisserai faire... Que croyais tu ? Que j'allais te donner des noms par la suite ? "

Non, c'était tout bonnement impossible, elle n'arrivait pas à s'y résoudre, se persuadant qu'Edward n'avait pas choisi sa place qu'on l'y avait poussé qu'on l'obligeait en quelques sortes. Après tout c'était une bonne guerre, certains lycans occupaient bien le poste inverse qui visaient à occire les vampires, et du peu qu'elle en savait, leurs pratiques n'était pas d'une douceur avenante... Mais Edward, il ne faisait qu'informer ce n'était pas lui qui tuait non, elle ne pouvait pas y croire, cela ne lui ressemblait pas, il n'était qu'un pion sur une vaste partie d'échecs. Certes un bon nombre de personnes de sa race étaient sûrement décédés à cause de lui, mais comment lui en vouloir et surtout comment pouvait elle le soupçonner vis à vis de ses sentiments? Elle le connaissait par coeur, elle avait pu lire toute la sincérité nécessaire à ce qu'elle estime la véracité de ses paroles, à travers son regard, jamais il ne l'aurait trahi. Au moins, elle pouvait se réconforter à l'idée qu'il ne lui avait pas menti , qu'il l'aimait et qu'il était véritablement dans un infâme posture. Dans ce cas présent, l'idée était toute aussi insupportable, s'il n'était pas assez précis dans ses indications, il risquait de d'être sur la sellette. Intolérable supplice que d'envisager le trépas d'une personne que l'on aime au point d'en crever littéralement... Elle avait la possibilité de renseigner les vampires, mais ce serait trahir ceux de son espèce, ces amis, ceux avec qui elle entretenait des liens ( plus ou moins fort selon les personnes) depuis des années maintenant, mais elle protégerait Edward, un sacrifice par amour en soit. Mais elle ne le pouvait pas, ce n'était pas dans ses habitudes, pas dans ses traits d'humeur, non c'était au delà de ses capacités même si elle aimait Edward, les remords la rongeraient. Mais si il trépassait alors qu'elle avait les cartes de ce vaste jeu en mains, elle s'abhorrerait au plus profond d'elle même et finirait par le rejoindre, plongeant auparavant dans les bas fond de la déchéance. Non elle ne pouvait pas baisser les bras, il fallait qu'elle lui apporte son soutient, quelque soit le moyen, elle ne voulait pas le perdre au nouveau. Au pire, Helena pourrait aller rendre une petite visite au plus illustre des vampires, leur mentor en autres mots à savoir Tertuis et se livrer dans une possible négociation, devenir elle même informatrice... Quitte à livrer de faux renseignements. Jouer un double jeu en quelques sortes, mais encore une fois en aurait elle le courage ? Non, infaisable a coup sur elle serait rongée par un feu intérieur. Ne sachant trop comment réagir, elle se hait sur le coup d'avoir douté de lui, même si l'idée qu'il devait informer les vampires sur l'activité des loups garous (comme surnommés familièrement par certains êtres humains) lui déplaisait, elle se devait de faire avec. Mais le fait qu'il soit vue avec elle pouvait le nuire alors valait il mieux qu'ils se séparent le temps d'un instant ne serait ce pas le mieux à faire pour eux deux, le temps qu'ils trouvent une solution ? Même si la tâche allait être ardue , ils pourraient toujours se voir de temps à autres dans le plus grand des secrets, drôle de relation effectivement, mais c'était ce dont ils devaient se contenter l'espace de quelques semaines quelques mois peut être . Lena releva la tête vers lui, les yeux embrumés et laissa apparaître un mélancolique sourire sur ses lèvres, elle changeait d'humeur tel un véritable caléidoscope. Une larme perla doucement sur sa joue suivie d'une seconde, jamais elle ne s'était doutée que la soirée soit si tourmentée, combien elle aurait souhaité que tout ne soit qu'un mauvais rêve, qu'elle se réveillerait 50 ans plus tôt dans les bras d'Edward se rendant compte que cela faisait office de mise en garde. Tout aurait été beaucoup plus simple...

" Excuses moi Edward. Excuses moi d'avoir douté, j'ai tant besoin de toi, Iska aussi... J'ai vu tant d'horreurs si tu savais, mais je sais que je peux avoir confiance en toi... Je ne veux pas te perdre, ils ne faut pas qu'ils doutent de toi, je suis prête à tout s'il le faut. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:. /Admin/
avatar

Féminin
Nombre de messages : 351
Age : 27
Age : 580 ans, 28 ans en apparence.
Race : Vampire
Don(s) : La force, la rapidité, lire dans les pensées ,maîtrise relativement bien la télékinesie.
Position : Neutre
Poste : Informateur sur les activités des lycans
Arme(s) utilisée(s) : Revolver avec balles d'argents.
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Mer 17 Sep - 23:42

Edward ravala difficilement sa salive lorsqu’il vit le regard qu’Helena lui lança. Il avait l’impression qu’on lui broyait violement le cœur et son regard s’assombrit. Maintenant, il le savait, cette confession ne plaisait pas à Helena et il ne lui en tiendrait aucunement vigueur si elle partait tout de suite. Sans pouvoir s’en empêcher, il usa de son pouvoir de lire les pensées et ce qu’il lut lui fut davantage douloureux. Non, se venger ne lui ressemblait pas alors le fait qu’il soit informateur sur les lycans n’avait rien à voir avec Gabriel. Il était rancunier et n’oubliait jamais le mal qu’on pouvait lui avoir fait, mais il n’était pas ce genre de personne basse qui usait de vengeance pour se satisfaire, contrairement à ce qu’elle semblait le croire. Helena lui lâcha la main, mais Edward ne tenta pas de la retenir, même si tout son intérieur lui criait de le faire. Elle avait raison de lui en vouloir et Edward n’était pas le genre de personne à qui on pouvait faire entièrement confiance. Plusieurs de ces compatriotes vampires l’avaient appris à leur dépend. Le dicton le disait clairement, se méfier de ceux qui ne parle pas beaucoup et Edward était le genre de personne discrète et qui pouvait magouiller allégrement dans le dos des gens, profitant ainsi du moment propice pour causer leur perte. Certain diront de lui qu’il est hypocrite et ils n’ont pas tort, mais avec ceux qu’il aimait, jamais il ne ferait une telle chose et Helena était une des dernières personnes sur Terre qu’il trahirait de la sorte. Jamais il ne serait capable de donner Helena en pâture aux vampires. Il était clairement au courant du sort qu’on réservait aux vampires et aux lycans qui s’unissaient, tout comme celui qu’on réservait aux vampires et aux humains qui osaient faire une telle chose et de savoir qu’Helena souffrirait physiquement et mentalement lui serait beaucoup trop insupportable. Dans les deux cas, Edward était doublement fautif, surtout qu’il avait une damphyr de son sang, mais cette règle idiote le dégoutait. Depuis quand les vampires se donnaient-ils le droit de choisir de quelle race serait sa compagne ou son compagnon? Edward aimait Helena, mais à cause de cette règle on le lui interdisait. Oui, il avait une certaine rancune envers les lycans, car ils étaient la cause de la perte de nombreux êtres chers, mais il ne leur voulait pas du mal pour autant, la preuve son amour pour Helena était toujours aussi fort malgré le fait qu’elle soit devenu l’une des leur. Si les vampires l’ont nommé informateur sur les lycans, c’est qu’il avait une certaine expérience avec eux et qu’il connaissait plusieurs choses sur ceux-ci. Cependant, cela ne voulait pas dire qu’il adhérait vigoureusement à ce genre de dictature que les vampires ont imposée. Bien sûr, la situation actuelle des humains ne le préoccupaient pas vraiment, mais lorsqu’un autre vampire se permettait de torturer un humain pour le plaisir, Edward en était inévitablement choqué et chaque jour, cela se produisait. Soldat lors de la première guerre mondiale, il avait donc vu nombreux prisonniers de guerre se faire malmené et de voir une situation de ce genre ravivait donc des souvenirs éprouvants. Il était peut-être un vampire, mais il avait une certaine sensibilité et Helena l’avait sans doute remarqué il y a de cela plusieurs années.

Plus il lisait ses pensées, plus il ressentait une certain frustration face à ceux-ci. Un crime passionnel? Un voile de colère descendit sur son regard, lui donnant ainsi une allure quelque peu menaçante. Comment osait-elle prétendre ce genre de chose après toutes ces années? Si elle avançait cette théorie, c’est qu’elle le connaissait mal, mais elle n’était pas à blâmer. Après tout n’était-il pas une personne renfermé, même avec les personnes qui pouvait lui être chères. Toutefois, cette pensée qu’elle avait eue à son égard le révulsait au plus profond de son âme. Il n’était pas un meurtrier. Tuer des humains pour se nourrir n’était qu’un besoin et là encore il ne le faisait pas à chaque jour. La vieillesse avait ses bons côtés chez les vampires, elle leur permettait de rester plusieurs jours sans nourriture. Bien sûr, chez les vampires il n’était pas si vieux, mais il n’était pas non plus le plus jeune. La faim revint inévitablement à la charge lorsqu’il eut cette brève pensée et cela eut tôt fait de l’agacer. Ce n’était absolument pas le moment pour ce genre de chose, mais ce qu’Helena lui dit assombrit davantage ses prunelles et il en oublia sa faim pour un moment. Il serra les poings, outré qu’elle pense cela de lui. Il s’apprêtait à répliquer, mais par chance, il intercepta une de ses pensées, ce qui l’empêcha de dire quelque chose qu’il allait regretter par la suite. Ayant un caractère véhément, il n’était pas rare qu’il réagisse de façon disproportionné à quelque chose qui le dérangeait. Helena l’avait sans doute remarqué lorsqu’elle était entrée dans la librairie pour la deuxième fois, car ce jour là, Edward avait insulté et jeté dehors, à coup de pied dans le derrière (sa spécialité Rolling Eyes ), un imbécile qui avait tenté de voler un de ses livres. Trêve de souvenir, Edward se concentra sur la situation, car ce n’était pas le moment de penser à autre chose. Par chance, il sut aussitôt qu’Helena ne doutait plus de la véracité de ses paroles, ce qui le calma et le rassura en même temps. La colère qui s’était installé quelques minutes plus tôt dans son regard se volatilisa aussitôt lorsqu’il vit un sourire mélancolique se dessiner sur ses lèvres. Une larme vint rouler sur la joue d’Helena, ce qui adoucit davantage le regard du vampire. Il comprenait le fait qu’elle est doutée de lui un moment, mais en même temps, il avait peur qu’elle n’ait pas réellement confiance en lui et que ce n’était que des excuses factices de sa part, mais elle ne semblait pas mentir et Edward n’était pas mauvais pour ce qui était de démasquer quelqu’un lorsqu’il mentait. Seule la dernière phrase l’agaçait un peu. Il n’aimait pas vraiment le fait qu’elle soit prête à tout pour lui, mais en même temps c’était la même chez Edward envers Helena. Seulement, elle n’avait pas à courir de danger pour lui.


-Non, ne t’occupe pas de mes problèmes Helena. Je ne veux pas que tu cours un danger inutile. Je vais m’arranger. Crois-moi, je n’ai nullement envie de mourir, surtout pas de la main de cet imbécile de Tertius, alors je ferai tout pour que cela n’arrive pas.

Une phrase où l’orgueil y était palpable, ce qui était typiquement Edward. Rare sont les fois où il acceptait l’aide des autres, mais surtout, il détestait l’autorité, voilà pourquoi Tertius lui inspirait le dégoût. Il se retint de sourire. Si son supérieur l’entendait en ce moment, s’en serait finit de sa vie, mais il adorait dire du mal de lui.

_________________

---Double compte: Chrysanthe Petridis---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Weiss

avatar

Féminin
Nombre de messages : 247
Age : 28
Age : 84 ans 29 en apparence
Race : Lycan
Don(s) : //
Position : Neutre
Poste : //
Arme(s) utilisée(s) : Mes crocs ?
Date d'inscription : 31/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Ven 26 Sep - 0:19

Ils n'avaient pas changés lui et son orgueil... Ne pouvait il pas pour une fois la ranger au placard surtout avec elle, n'avait elle pas été sa femme, et celle qu'il aimait ? Alors bon dieu pourquoi n'acceptait il pas pour une fois son aide. C'est tout à fait légitime d'offrir son soutient a nos proches surtout si leur statut est visiblement délicat ... Il n'avait rien à cacher face à Helena, elle le connaissait par coeur et il avait toujours été quelqu'un de très fier, et surtout de borné au possible. Mais elle ne lâcherai pas, ils avaient tout deux ce trait de caractère en commun, elle arriverait à mettre son grain de sel quoiqu'il en pense. Pourquoi ne cherchait il pas comprendre à quel point elle l'aimait ? Mais si elle ou sa fille avait quelconque problème, ne serait il pas le premier à venir apporter une solution quoiqu'elle en dise ? La laisserait il se débrouiller avec ses propres armes seule ? Non, elle le savait il ne la laisserait jamais tomber. Il n'avait rien à prouver vis à vis d'elle, jamais elle ne penserait qu'il serait incapable de régler ses soucis... D'ailleurs chaque grand héros n'avait il pas son adjuvant ? Certes, référence quelque peu inapproprié, mais il n'y a pas de surhomme qui n'ai besoin de personne pour se sortir de l'embarras, un jour ou l'autre on se révèle toujours avoir besoin d'autrui. Comment avait elle pu douter de lui ? Elle se posait encore la question, pour elle, Edward était un véritable livre ouvert, certes elle n'avait pas la télépathie, mais elle savait très bien qu'en ce moment précis elle l'avait tout simplement irrité, elle l'avait vu rien qu'à travers ses yeux enfin irrité est un bien grand mot. Et elle savait naturellement qu'il ne lui aurait jamais mis un coup de pied au fesses en l'insultant de tous les noms d'oiseau possible et inimaginables. Néanmoins, il n'avait vraiment jamais été de la sorte avec elle, si au début lorsqu'ils ne se connaissait que de vue et que la jeune femme revenait sans cesse à la librairie trouvant à chaque fois une nouvelle excuse pour le voir, elle avait eu le droit aux regards courroucés enfin non plutôt outrés diront nous mais les dix années passés à ses cotés avaient été tout simplement divines, avec ses hauts et ses bas comme dans tout les couples fort heureusement . Le regard dans le vide, la jeune lycantrophe semblait déjà perdue dans ses songes, des images qui n’était plus que souvenirs d’un passé tant chéri. Des mémoires qui la faisait parfois sourire, voire rire, et le plus souvent, la rendait nostalgique. Se laissant transporter dans sa propre vie qu’elle possédait lorsqu’elle avait à peinte 19 ans. Une vue resplendissante de la ville de New york, des paumes d'une douce froideur qui enserrait sa taille, ses propres mains caressant les siennes, apportant un tant soit peu de sa chaleur à celui qu'elle aimait. Elle releva le regard vers lui avec un fin sourire, elle constata fort heureusement que son regard c'était adoucis, ainsi il ne doutait pas de la sincérité de ces paroles, si tel avait été la cas, quitte à y passer la nuit, elle aurait réussi à le convaincre du contraire.

" Edward... Que ferais tu si Iska ou moi avions un différent qui mettrait en jeux nos vies ? Loin de moi l'idée que tu resterais passif... Toute personne à besoin de ses proches un jour ou l'autre, même toi. "

Ne pouvait il pas comprendre à quel point elle l'aimait, était ce trop insensé pour lui ? Lena croisa de nouveau son regard, pourquoi s'était elle accrochée à lui à ce point ? Et pourquoi diable devait on les montrer du doigt pour le fait qu'elle soit amourachée d'un vampire, serait elle considérée comme une traîtresse vis à vis de son clan? Mais comment pouvait on réprimander pour le simple fait d'aimer, notre coeur n'est pas une machine à qui l'on dicte nos sentiments... Maudite lois, absurdes devoirs que celui de n'appartenir qu'à ceux de son clan. Mais ne valait il pas mieux sacrifier quelques informations plutôt que de perdre l'une des personne qui compte le plus à nos yeux ? Son esprit cogitait, si il lui arrivait quelque chose, elle ne se le pardonnerait jamais surtout si elle avait les cartes du jeu en main pour pouvoir lui sauver la mise, si il trépassait autant prendre un révolver et se tirer directement une balle en argent dans la poitrine, l'agonie serait moins douloureuse. L'idée lui était tout simplement insupportable, et non pas égoïste pour leur fille comme on peut le penser, mais elle savait pertinemment que si une telle chose arrivait, Iska lui tournerait le dos et même sans cela, elle savait très bien que sa fille partirait un jour ou l'autre... Le trépas de sa soeur lui revint en mémoire, la perte de sa famille toute entière faisant d'elle une orpheline, sa détresse qu'elle avait surmonté, elle avait réussi, malgré ces lourdes épreuves, à remonter la pente, mais elle n'y arriverait pas une seconde fois, pas sans lui. Vaincre l'enfer une unique fois relève du miracle, le terrasser une seconde fois est parfaitement utopique. La seule idée de rester loin de lui à nouveau la rendait insensé alors le perdre... Non, elle ne pouvait pas s'y résoudre, même si il lui promettait d'être prudent il y a toujours des risques. Après tout n'était elle pas un lycan, elle pourrait sûrement avoir des informations, mais comment procéder telle était la question, Helena se mordit inconsciemment la lèvre, cherchant une solution. Et soudain une pensée traversa son esprit, une idée telle qu'elle osait l'espérer. Elle était tout à fait consciente qu'elle ne pourrait pas l'aider comme elle le souhaitait par peur de mettre leurs vies en danger, mais elle se débrouillerai pour que les lycans ne se doutent pas du rôle d'Edward, il ne fallait pas qu'ils remontent jusqu'à lui... Elle n'osait pas imaginer ce que ceux de son clan, enfin certains, pourrait lui faire subir pour venger deux qu'il avait dénoncer. Il fallait qu'elle monte en grade afin de recueillir le plus d'informations possible tel le nom de l'informateur des vampires, chose secrète sauf pour ceux qui ont la possibilité d'avoir un poste particulier. Mais avant cela il fallait qu'elle contrôle parfaitement ses métamorphoses, quitte à devenir un loup aussi souvent que les cas se présentaient même si cela lui déchiraient les chairs, il fallait qu'elle apprenne a contrôler parfaitement sa nature et enfin elle allait tenter d'écarter au possible Edward des lycans. Oui c'est ce qu'elle allait faire, s'impliquer au possible. Mais il fallait qu'elle pense à autre chose et surtout qu'elle évite d'aborder à nouveau la question si elle lui parlait de ce qu'elle allait faire, elle le connaissait, il lui dirait qu'il ne voulait pas qu'elle se mette en danger pour lui... Elle plongea à nouveau son regard dans le sien, si il savait combien elle aurait été tenter de se perdre dans ses bras, elle ne voulait pas repartir voir Gabriel et supporter ses gestes tendres et autres marques d'affection, la seule solution serait alors de foncer directement après un petit détour dans la forêt des loups jusqu'à l'aube dans la chambre de sa fille. Lui parlerait elle de toute cette soirée ? Bonne question, après tout cela pourrait resserrer les liens entre elles et enfin Iska pourrait la comprendre et savoir qu'elle n'avait jamais aimé un autre homme que son père... Mais ne serait ce pas la mettre en danger ?

" Si tu savais combien je tiens à toi oh lapinou de mon coeur xD , tu n'imagines même pas, je ne supporterai pas qu'il t'arrive quelque chose... Le seule fait de savoir que, lorsque je vais rentrer, je vais retrouver Gabriel me glace le sang, je ne pourrait pas supporter ne serait ce qu'une caresse. Crois tu qu'il faut que je fasse allusion à notre conversation à Iska ? Elle m'a trop souvent reproché de ne pas t'avoir aimé, d'avoir tout gâché... Je ne supporte pas qu'elle pense que tu n'as été qu'un passage dans ma vie, alors que tu es toujours en moi ... "

Magnifique rebondissement que de lui parler de ses sentiments on ne peux plus réels et de ses craintes envers sa fille, elle noyait le poisson en lui tenant imperceptiblement la tête hors de l'eau, tout en abordant un sujet particulièrement sensible qui la tenait à coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:. /Admin/
avatar

Féminin
Nombre de messages : 351
Age : 27
Age : 580 ans, 28 ans en apparence.
Race : Vampire
Don(s) : La force, la rapidité, lire dans les pensées ,maîtrise relativement bien la télékinesie.
Position : Neutre
Poste : Informateur sur les activités des lycans
Arme(s) utilisée(s) : Revolver avec balles d'argents.
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   Sam 11 Oct - 0:38

Comme il détestait cela quand les gens avait raison et que lui était avait tort et Helena détenait la vérité en ce moment. Il était las de devoir s’occuper de ses problèmes seul et il avait souvent souhaité que quelqu’un le sorte de cet impasse. Mordecaï lui avait souvent dit qu’un jour, il allait craquer s’il laissait son orgueil lui dicter sa conduite de la sorte et Edward, trop têtu ne l’avait jamais écouté et pourtant aujourd’hui, en y repensant grandement, il avait envie d’accepter l’aide que lui offrait une des plus importantes personnes de sa vie, car Mordecaï et Helena avaient raison, il ne pouvait pas tout faire seul. En plus, cette tâche était beaucoup trop colossale pour la situation. Toutefois, le fait de voir Helena se mettre dans une telle impasse le dérangeait, mais surtout, l’effrayait. Il ne souhaitait en aucun cas qu’un vampire la lui enlève en la tuant. Ils s’étaient retrouvés et de savoir que cette retrouvaille pourrait être aussi brève, mais surtout, irréalisable pour de bon lui faisait un horrible pincement au cœur. Le vampire ne voulait pas être à nouveau seul comme il l’avait été durant nombreuses années, mais en même temps, il ne pouvait pas empêcher Helena de faire ce qu’elle voulait, se serait égoïste. Il n’avait pas à lui dire quoi faire, même si les décisions qu’elle prenait pouvaient l’affecter. Edward jeta un regard éperdu au plancher, se rendant compte qu’il était impuissant face à la décision de son ex-femme. Ses yeux pâles se teintèrent d’inquiétude quant à l’issu de tout cela. Si Helena choisissait de le protéger, elle choisissait d’encaisser les mêmes problèmes que lui encaissaient depuis tant d’année. Il leva ses orbes vers la lycan, visiblement agacé par tout cela. Pourtant, il le savait elle était têtu comme lui et donc, écouterait son cœur au lieu d’écouter son ex-mari. Le vampire désapprouvait cette idée, mais il ne pouvait pas l’a persuadé de l’abandonner. Il le savait, c’était déjà cause perdue s’il le faisait. Il la regarda longuement, voyant qu’elle pensait. Il ne lut pas ses pensées, trop concentré à regarder ses traits qui l’avaient tant perturbé il y a nombreuses années. Il se souvint de cette chaleur si humaine qui se dégageait de sa peau lorsqu’il l’a touchait, contraste plutôt frappant face à cette froideur presque cadavérique de sa propre peau. Il avait rarement accordé de l’importance aux humaines, non pas qu’elles n’étaient pas jolies ou intéressantes, mais il n’avait jamais été victime de l’amour. Malgré l’incompatibilité de leur race à cette époque, et encore aujourd’hui il faut l’avouer, ils se sont aimés, même si les New-yorkais de leur voisinage trouvaient cela incongru de voir un Allemand et Italien être en couple avec une juive, car la guerre faisait encore rage en Europe. D’ailleurs, les origines d’Edward lui avait souvent valut des commentaires dégradants de la part des gens lorsqu’il était encore en 1943. Sale nazi ou connard de fasciste avaient été les plus utilisés, ce qui l’avait blessé, car il n’était pas comme eux. Edward se sortit immédiatement de ses pensées, car ce n’était pas le temps de se plonger à nouveau dans son passé, la situation était trop importante. Il soupira et lui dit :

-Helena, peut importe ta décision, je ne peux pas te dicter ta conduite, mais je ne veux pas que tu crois que je suis nécessairement en accord avec celle-ci. Seulement, si tu veux m’aider, sache que je ferais tout pour qu’on ne te fasse pas de mal.

Une autre obligation qu’il s’était lui-même octroyé, mais pour Helena, il était prêt à tout. Il savait qu’elle risquerait de faire quelque chose, mais quoi, il n’avait pas envie de le savoir, car il ferait tout pour l’en empêcher et si Helena en avait décidé ainsi et bien il devra vivre avec. Il ne pouvait pas l’empêcher de l’aimer à sa façon et si sa façon s’était de le protéger de ceux de son clan et bien soit. Lorsqu’elle planta son regard dans le siens, Edward ne le détourna pas, n’ayant pas pu, depuis bien longtemps, s’y perdre. Elle était confuse et le vampire le voyait bien. Lui de même avait envie de la prendre dans ses bras et de rester ainsi toute la nuit, mais Gabriel allait s’inquiéter. Bien qu’Edward le détestait parce qu’il était un obstacle, il n’avait pas envie qu’il s’inquiète comme lui-même s’était si souvent inquiété lorsqu’Helena ne rentrait pas. Edward avait une certaine conscience et ne souhaitait à personne que sa femme le quitte pour un autre. Pourtant, il avait envie de passer la nuit avec Helena. Il se retint tant bien que mal de s’avancer vers elle pour prendre son visage entre ses mains. La lycan lui fit alors part de quelque chose, ce qui ne l’aida pas à retenir cette envie prenante de poser ses lèvres sur les siennes. Lui aussi ne voulait pas retourner à cette solitude pesante, mais Helena devait rentrer. Il serait peut-être judicieux de parler à leur fille de leur discussion, mais en même temps, il y avait, en effet, le risque qu’elle court un danger. Comme il s’en voudrait si Iska venait à avoir des problèmes. Il n’avait pas longtemps été à ses côtés et n’avait pas eu ce plaisir que devait avoir tout père de voir grandir son enfant, mais malgré ce court moment à ses côtés, il avait développé un amour paternel immuable à l’égard de sa fille. Il ne pouvait toutefois lui mettre un visage. Le seul visage qu’il avait en tête était celui d’un bambin, ce qui était maintenant dépassé. Il ne put s’empêcher de s’approcher d’Helena et de lui dire ceci :

-Peu importe si tu choisis de lui en parler ou pas, je suis sûr que tu sauras trouver ce qui convient le mieux pour la situation.

Il lui faisait confiance, mais surtout, elle connaissait Iska mieux que lui. Pour Gabriel, il avait envie une forte envie de lui dire ce qu’il pensait en ce moment, mais il se retint. Il regarda longuement Helena et prit son visage entre ses mains glacés. Il n’avait pas envie qu’elle parte, il avait peur qu’elle ne revienne pas et il n’osait imaginer comment il se sentirait. Pourtant, il le savait, elle n’oserait lui faire cela une deuxième fois. Il l’avait vu dans ses yeux. Malgré lui, il lui dit tout de même cela:

-Et tu n’es pas obligé de rentrer, tu sais.

_________________

---Double compte: Chrysanthe Petridis---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soulmates never die ? [PV Eddie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soulmates never die ? [PV Eddie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eddie Guerrero et Rey Misterio
» Review: Eddie The Trooper McFarlane
» Eddie Allamand (vous connaissez?)
» Bijoux cristal et verre boro Créations Eddie Légus
» From Hell, de Alan Moore et Eddie Campbell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood and Tears :: London :: Knightsbridge :: Manoir d'Edward Werber-
Sauter vers: